La Belgique paralysée par une grève, les Thalys à l'arrêt

le
0
La Belgique paralysée par une grève, les Thalys à l'arrêt
La Belgique paralysée par une grève, les Thalys à l'arrêt

Aéroports, hôpitaux, écoles... La Belgique tourne au ralenti ce lundi en raison d'une grève nationale contre les mesures d'austérité décidées par le gouvernement de droite. Les liaisons ferroviaires avec la France sont aussi à l'arrêt : aucun Thalys, TGV ou Eurostar (pour Londres) transitant par la Belgique n'est prévu ce lundi. «Il n'y a jamais eu de grève aussi forte, en front commun syndical, du nord au sud et de l'est à l'ouest» du pays, s'est réjouie la secrétaire générale du premier syndicat belge, la centrale chrétienne CSC, Marie-Hélène Ska.

La grève a débuté dès dimanche soir dans les transports. Aucun avion n'a décollé ni atterri dans les aéroports après 22 heures en raison de l'arrêt de travail des contrôleurs aériens, ce qui représente 600 vols supprimés pour le seul aéroport international de Bruxelles.

Des vols ont été déviés vers les aérogares de pays voisins, en France (Lille), aux Pays-Bas (Maastricht et Amsterdam) et en Allemagne (Cologne), et des autobus affrétés pour transporter les passagers vers ou depuis les aéroports de Bruxelles et de Charleroi, dont le directeur a déploré «une véritable catastrophe».

Toutes les administrations au ralenti

Les trains ont également cessé de rouler dimanche soir. De même que la navigation commerciale vers et depuis les ports de Zeebruges et d'Anvers, stoppée dès dimanche pour raisons de sécurité. 

Aucun autobus, tramway ou métro ne devrait circuler ce lundi, en Flandre et à Bruxelles. En Wallonie, seuls quelques bus roulaient. Deux «opérations escargots» ont été menée en début de matinée sur les axes menant au Luxembourg, mais la circulation était pour le reste exceptionnellement fluide.

Les «piquets», formant dès l'aube des barrages à l'entrée des entreprises, ont donné des aspects de «ville fantôme» à de nombreuses zones industrielles ou commerciales.

Les écoles, crèches, prisons, administrations, mais aussi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant