La Belgique n°1 mondial, vraiment ?

le
0

En cas de victoire face à Israël ce mardi, la Belgique prendra officiellement la 1re place du classement FIFA au mois de novembre. Mais comment les Belges réagissent-ils à cette possibilité d'être "les meilleurs du monde" ?

"Je ne réalise pas encore. C'est un énorme plaisir et une super récompense pour le travail accompli." Le 7 octobre dernier, Nizar el Hajjaoui est devenu champion du monde de pizza dessert à Rome. Supporter des Diables rouges, il les a peut-être supplantés de quelques jours en devenant n°1 mondial avant eux. Voisine de la France, de l'Allemagne et des Pays-Bas, la Belgique doit bien souvent laisser sa place à ces nations quand il s'agit de remporter quelque chose. Or, si les Diables rouges gagnent ce mardi soir contre Israël leur dernier match de qualification pour l'Euro 2016, ils se hisseront à la place de meilleure nation du monde selon le classement FIFA. Sauf que, bizarrement, cette situation n'enchante pas plus que ça les sujets du roi Philippe

"Être n°1, c'est une chose "


"L'inconscient collectif belge fait qu'on n'est absolument pas habitué à jouer un rôle dans les premières places et on ne la vise même pas, explique Jean-Michel De Waele, sociologue belge du sport. D'ailleurs, quand on entend les commentaires, on doit être le seul pays où on répète en permanence qu'on va peut-être avoir la première place, mais que surtout ça ne veut rien dire, ça n'a aucun sens. Les Hollandais diraient : "Vous voyez bien qu'on est les meilleurs du monde", les Français diraient : "Grâce à la Révolution Française et à l'histoire, on a toujours été supérieurs à tout le monde" En Belgique, vu notre histoire et notre identité complexe, on a une vraie difficulté à assumer le fait d'être premiers." C'est dans cette logique que semble s'inscrire Hans De Clerq, ancien cycliste belge qui a terminé Lanterne rouge du Tour de France 2003. "Je ne sais pas comment les fans peuvent réagir à ce statut de n°1. Cependant, la première place au ranking FIFA, c'est une chose, mais être certain qu'on est vraiment la meilleure équipe en est une autre. Il faudra le prouver au championnat d'Europe."

Cela semble donc clair : cette première place, les Belges en seront fiers, mais elle va aussi un peu les gêner. En effet, cela fait des années que la Belgique se contente de participer aux compétitions internationales sans embêter personne. Ainsi, en 1986, les Diables rouges reviennent en héros chez eux après avoir été éliminés par l'Argentine de Maradona en demi-finale. Ce fut bien entendu un exploit, mais c'était également comme…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant