La Belgique fait un grand pas vers la sortie de crise

le
0
Missionné par le roi, le socialiste francophone belge Elio di Rupo a réussi à convaincre huit des principaux partis de négocier la formation d'un gouvernement. Les tractations démarreront mi-août.

Les Belges sont en passe de trouver un compromis permettant d'éviter une scission du pays. Tout n'est pas encore réglé, mais un accord a bien été trouvé dans la nuit de jeudi à vendredi par les huit principaux partis, - quatre francophones, quatre flamands - pour entamer des négociations en vue de réformer les institutions et aboutir, in fine, à la formation d'un gouvernement. L'annonce intervient au lendemain de la fête nationale belge, après 400 jours d'une crise politique inédite par sa durée dans le monde. Le record précédent était détenu par l'Irak, resté 289 jours sans gouvernement.

Le chef socialiste francophone (PS) Elio Di Rupo, missionné par le roi Albert II, est le grand artisan de cette avancée. On lui devait déjà d'avoir convaincu sept partis de se mettre d'accord sur un programme gouvernemental et un transfert de compétences supplémentaires aux trois régions belges - Bruxelles-Capitale, Flandre, Wallonie - conformément aux exigences flamandes. Le

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant