La Belgique et la France renflouent à nouveau Dexia

le
9
LA BELGIQUE ET LA FRANCE RENFLOUENT À NOUVEAU DEXIA
LA BELGIQUE ET LA FRANCE RENFLOUENT À NOUVEAU DEXIA

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - La Belgique et la France ont annoncé jeudi qu'elles allaient réinjecter 5,5 milliards d'euros dans Dexia, dont les pertes se sont creusées au 3e trimestre du fait des cessions d'actifs engagées dans le cadre du démantèlement de la banque franco-belge.

Les gouvernements des deux pays ont précisé dans des communiqués qu'ils apporteraient respectivement 2,9 milliards d'euros et 2,6 milliards à l'ancien leader mondial du financement des collectivités locales, sous la forme d'actions de préférence.

Avec le Luxembourg, les deux Etats ont dans le même temps convenu de ramener à 85 milliards d'euros les garanties publiques dont bénéficient Dexia pour ses besoins de financement, contre 90 milliards précédemment.

"La clé de répartition (des garanties, NDLR) entre les Etats a été modifiée comme suit: 51,41% pour la Belgique, 45,59% pour la France et 3% pour le Luxembourg", précise Dexia.

La contribution de la Belgique, auparavant de 60,5%, s'en trouve ainsi réduite. Celle de la France était jusqu'ici de 36,5%.

Ces modifications prendront effet dès leur approbation par la Commission européenne, attendue au début 2013, indique le ministère français de l'Economie dans un communiqué.

La répartition des garanties accordées à Dexia a entraîné ces derniers mois de vives tensions entre la Belgique et la France. Les deux pays, qui s'efforcent de redresser leur situation budgétaire dans le contexte de crise de la dette au sein de la zone euro, se rejettent la responsabilité du naufrage de Dexia.

Les autorités belges demandaient ainsi à la France de supporter une plus grande part du fardeau financier. Les tensions entre les deux Etats ont entraîné cet été l'éviction du français Pierre Mariani, remplacé au poste de directeur général par le belge Karel de Boeck.

PAS D'IMPACT SUR LE DÉFICIT EN BELGIQUE

Sauvée une première fois de la faillite en 2008 après l'effondrement de Lehman Brothers, la banque franco-belge avait déjà été renflouée il y a quatre ans à hauteur de six milliards d'euros par les Etats belge, français et luxembourgeois.

Steven Vanackere, le ministre belge des Finances, a dit espérer que la nouvelle recapitalisation soit la dernière pour Dexia et a assuré qu'elle n'affecterait pas le déficit public mais uniquement la dette de la Belgique.

En déplacement en province pour les Journées économiques de Lyon, Pierre Moscovici, le ministre français de l'Economie, s'est en revanche refusé à tout commentaire.

Déstabilisé par la crise de la dette dans la zone euro, le groupe a été acculé à l'automne 2011 au démantèlement, contraignant la Belgique à nationaliser les activités belges de Dexia.

La France s'est de son côté engagée à reprendre les activités de financement des collectivités territoriales de Dexia, via la création d'une nouvelle banque publique détenue par la Caisse des dépôts (CDC) et la Banque postale.

Au grand dam des collectivités locales françaises, ce nouvel établissement tarde à voir le jour, sa création étant suspendue au feu vert de la Commission européenne sur le plan de démantèlement de Dexia.

Depuis son premier sauvetage en 2008, la banque a été contrainte de céder des actifs. Elle a ainsi récemment bouclé les ventes de ses filiales Dexia BIL au Luxembourg et Denizbank en Turquie, ce qui s'est traduit par des pertes dans les comptes de l'établissement bancaire. et

Pour les neuf premiers mois de l'année, la perte nette de Dexia s'élève ainsi à 2,39 milliards d'euros, dont 1,22 milliard pour le seul troisième trimestre. En 2011, les pertes avaient atteint plus de 11 milliards d'euros.

En Bourse, la banque a vu en quatre ans son cours s'effondrer. Sa capitalisation boursière est tombée à 350 millions d'euros alors que son bilan s'élève encore à 384 milliards à fin septembre.

A 11h11, le cours de l'action Dexia était inchangé à 0,18 euro.

Avec Jean-Baptiste Vey et Phil Blenkinsop à Bruxelles, édité par Benjamin Mallet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Karama7 le jeudi 8 nov 2012 à 12:38

    Et dire qu'il suffirait que les contribuables arrêtent de payer pour arrêter de renflouer les troues sans fonds ...

  • feniks le jeudi 8 nov 2012 à 12:20

    Si les collectivités territoriales respectaient leurs engagements financiers vis-à-vis de Déxia, cette banque ne serait pas à la peine. CQFD ! Et les collectivités citées ici sont de gauche. Effectivement les rond-points, les salles omnisports, et autre dépenses du même ordre ne pouvaient pas attendre les impôts locaux, donc il fallait emprûnter coûte que coûte, voilà la triste et minable vérité.

  • optim89 le jeudi 8 nov 2012 à 12:19

    oui ... yabazoul... n'a pas eu son compte à la naissance... et il traite les gens d'ABRUTI...

  • feniks le jeudi 8 nov 2012 à 12:10

    Pôvre yabazoul ! Pövre d'esprit ! La lumière de l'intelligence manquait à la naissance !

  • renard le jeudi 8 nov 2012 à 12:04

    Il y a toujours de l'argent pour renflouer les dérives des élus locaux, vivent les ronds-points !

  • M8614773 le jeudi 8 nov 2012 à 11:58

    et,moi personne me renflou ?

  • optim89 le jeudi 8 nov 2012 à 11:54

    Oui ce sont bien les contribuables français et belges qui paient pour toutes les erreurs et les gaspillages de nos gouvernants

  • FREDTOUZ le jeudi 8 nov 2012 à 11:48

    Merci de rectifier: LES CONTRIBUABLES FRANCAIS ET BELGES renflouent à nouveau Dexia.Merci de faire votre boulot les journaleux.

  • M3101717 le jeudi 8 nov 2012 à 11:42

    Moi aussi, j'aimerai bien me faire renflouer de temps en temps ;o)

Partenaires Taux