La Belgique et la France autorisent Dexia à émettre de la dette

le
2

BRUXELLES (Reuters) - La Belgique et la France ont trouvé un accord autorisant la banque Dexia à émettre pour 17 milliards d'euros de nouvelles dettes en échange duquel la banque s'est engagée à dénouer plus rapidement ses liens avec sa filiale Dexia Banque Belgique, rapporte vendredi la presse belge.

Dans le cadre du démantèlement de l'ancien leader mondial du financement des collectivités locales, Dexia Banque Belgique (DBB) a été nationalisé par l'Etat belge pour quatre milliards d'euros. Et en novembre dernier, DBB expliquait être exposé à hauteur de 56 milliards d'euros au groupe Dexia.

L'accord trouvé entre la Belgique et la France "autorise le groupe à émettre pour 17 milliards d'euros de dettes couvertes par la signature des États, sans devoir fournir de gages en contrepartie", écrit ainsi le quotidien L'Echo qui ne cite pas ses sources.

"Dexia devrait ramener à fin février les créances non sécurisées de Dexia Banque Belgique à 700 millions, un objectif auparavant prévu pour la fin 2012", poursuit le quotidien belge.

Le ministère des Finances belge s'est refusé à tout commentaire tandis que Dexia n'était pas disponible dans l'immédiat pour commenter.

A Paris, une porte-parole du ministère de l'Economie n'était pas non plus disponible dans l'immédiat pour réagir à ces informations.

En lourdes pertes, Dexia a interpellé jeudi la Commission européenne et prévenu que sa survie dépendait de l'approbation par Bruxelles de son plan de sauvetage et de l'octroi d'une garantie d'Etat de 90 milliards d'euros à un coût non prohibitif.

L'Etat belge doit assumer 60,5% de ces garanties.

"La volonté est d'assurer les engagements qui ont été pris à une allure soutenue", a déclaré à propos de Dexia le Premier ministre belge Elio di Rupo après un entretien d'une heure avec Nicolas Sarkozy à l'Elysée.

Interrogé sur une augmentation des garanties apportées par la Belgique, évoquée par la presse dans le cadre d'une renégociation de l'accord sur le deuxième sauvetage de Dexia , il a répondu : "Ce n'est pas le lieu pour en parler."

Robert-Jan Bartunek, avec Matthieu Protard et Yann Le Guernigou à Paris

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8791067 le samedi 25 fév 2012 à 11:39

    du point de vue cotation, qui apparait maintenant en bourse, dexia que l'on veut dissoudre ou dexia banque belge.Quel est la part de risque a conserver dexia tel qu'il apparait en bourse.Faut-il le garder ou non, merçi d'avance de vos réponses.

  • lan8dy le vendredi 24 fév 2012 à 13:06

    C'est magnifique, ça continue, la dette, la dette .....