La Belgique et l'échec 2.0

le
0
La Belgique et l'échec 2.0
La Belgique et l'échec 2.0

Deux ans après sa sortie un poil précoce au Mondial brésilien, les Diables Rouges ont récidivé et s'arrêtent aux portes du dernier carré. Un gâchis compte tenu de la qualité de la génération actuelle, incapable de résister quand le niveau s'élève. Comment l'expliquer ?

Une fois de plus, la Belgique a déçu. Une fois de plus, la logique du classement Fifa n'a pas été respectée. Deuxième de ce championnat derrière l'Argentine, le Plat Pays a été renversé par le pays de Galles en quarts de finale de l'Euro. Soit la 26e nation. Sévère ? Mérité ? Là n'est pas la question. L'objectif n'est pas non plus de se focaliser sur le classement Fifa et d'expliquer pourquoi il n'a aucune légitimité. Non, le but est davantage de comprendre les raisons d'un échec retentissant, mais finalement presqu'attendu. Comment une génération si talentueuse a-t-elle pu se casser la gueule à la première difficulté, deux ans après un scénario similaire en Coupe du monde ?


Dans cette situation, le capitaine du navire est toujours pointé du doigt. Déjà critiqué de toutes parts au pays, Marc Wilmots va vivre des prochains jours agités. On peut même parier que la presse ne va pas lâcher sa cible lors des prochains mois. Certains lui reprochent son manque de science tactique, d'autres son laxisme. Le remplacement de Yannick Ferreira-Carrasco par un Marouane Fellaini (actuellement à côté de ses pompes) à la pause du quart de finale combiné à la surprenante histoire de Nainggolan et sa cigarette ne vont pas aider les sceptiques à changer leur avis. "On a tenté la même tactique que contre l'Italie et on a eu les mêmes problèmes...", a récidivé Thibaut Courtois sur VTM après sa première sortie salée à la suite de la défaite contre la Squadra Azzurra. Preuve que même dans les ranges belges, on s'interroge.

Orgueil 1, Communication 0


Mais en réalité, c'est peut-être sur le terrain de la communication que le sélectionneur a véritablement pêché. En affirmant haut et fort que ses choix étaient les bons, que son bilan parlait pour lui, et que son équipe ne le…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant