La Belgique autorise les mineurs à choisir l'euthanasie

le
0
La Belgique autorise les mineurs à choisir l'euthanasie
La Belgique autorise les mineurs à choisir l'euthanasie

Alors que le cas Vincent Lambert continue de diviser en France, la Belgique vient de faire un pas de plus dans ses lois encadrant la fin de vie. Cette fois, ce sont les enfants atteints d'une maladie incurable en Belgique qui vont pouvoir, comme les adultes, choisir l'euthanasie pour abréger leurs souffrance, malgré l'opposition de certains pédiatres et de la hiérarchie catholique. 

La Belgique, pays de tradition catholique, va ainsi devenir ce jeudi le deuxième pays au monde, après les Pays-Bas, à autoriser sous de strictes conditions l'euthanasie pour les mineurs. Mais là où le législateur néerlandais à prévu un âge minimum de 12 ans, les élus belges ont opté pour la notion, plus flexible, de «capacité de discernement».

Le sénateur socialiste Philippe Mahoux, auteur de la loi ayant autorisé en 2002 l'euthanasie pour les adultes, estime qu'il faut répondre au souhait exprimé par des pédiatres et infirmiers confrontés à la «souffrance insupportable» d'enfants, à laquelle ils ne pouvaient répondre que dans l'illégalité.

L'Eglise catholique belge opposée au texte

Trente-quatre médecins, des spécialistes, des juristes et des associations de tous bords ont été auditionnés par les sénateurs, qui ont finalement écarté pour les mineurs les souffrances psychiques, qui sont prises en compte pour les adultes.

Alors que le choix de la Belgique a un retentissement mondial et que l'euthanasie provoque des débats passionnés en France, notamment autour du cas du tétraplégique Vincent Lambert, en état végétatif chronique, les discussions sont restées feutrées dans le royaume. Selon un sondage paru en octobre, 73% des Belges sont en faveur de l'extension aux mineurs du droit à l'euthanasie.

L'Eglise catholique belge, après avoir réaffirmé son opposition à l'euthanasie aux côtés des représentants des religions musulmane et juive, a organisé au début du mois, en guise de baroud d'honneur, des «journées ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant