La BdF prévoit toujours un recul de 0,1% du PIB au 3e trimestre

le
0

PARIS (Reuters) - L'économie française devrait enregistrer une contraction de 0,1% au troisième trimestre, confirme la Banque de France dans sa troisième estimation publiée lundi dans le cadre de son enquête de conjoncture pour le mois de septembre.

L'Insee a annoncé de son côté jeudi tabler sur une croissance nulle du produit intérieur brut au troisième comme au quatrième trimestres.

L'enquête de la Banque de France fait apparaître par ailleurs une baisse d'un point de l'indicateur du climat des affaires dans l'industrie en septembre, à 92, et une stabilité de celui des services, à 91.

Dans un communiqué, la Banque de France souligne que l'activité industrielle a globalement fléchi le mois dernier, la progression de l'agroalimentaire, de la chimie et des matériels de transport ne compensant pas le recul dans la fabrication d'équipements électroniques et électriques, dans l'industrie pharmaceutique et dans l'habillement.

Les carnets de commande sont jugés insuffisants par les chefs d'entreprise interrogés et le taux d'utilisation des capacités de production a diminué à 76,1 contre 76,6 en août.

Les prix des matières premières et des produits finis se sont renchéris.

Toujours selon la Banque de France, "les prévisions tablent sur un repli de la production en octobre".

Dans les services, l'activité a baissé le mois dernier mais les perspectives pour octobre sont un peu plus favorables.

"Les services informatiques se sont nettement repliés, ainsi que le travail temporaire, la publicité et les services aux ménages. Les transports et l'hébergement ont en revanche évolué positivement", explique-t-elle.

Les effectifs n'ont pas évolué et les prix se sont légèrement contractés.

La Banque de France fait état par ailleurs d'un recul de deux points, à 93, de son indicateur synthétique pour l'investissement des entreprises industrielles au 3e trimestre.

La même enquête trimestrielle montre une stabilité du climat des affaires dans la construction, à 94, et une hausse de cinq points, à 95, de celui dans le commerce de gros.

Yann Le Guernigou

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant