La BdF prévoit 0,4% de croissance au 1er trimestre

le
1
LA BANQUE DE FRANCE S'ATTEND À UNE CROISSANCE DE 0,4% AU 1ER TRIMESTRE
LA BANQUE DE FRANCE S'ATTEND À UNE CROISSANCE DE 0,4% AU 1ER TRIMESTRE

PARIS (Reuters) - La Banque de France (BdF) prévoit une croissance de 0,4% de l'économie française au premier trimestre dans sa première estimation fondée sur son enquête mensuelle de conjoncture de janvier publiée lundi.

La prévision de l'institution est identique à celle de l'Insee dans sa dernière note de conjoncture publiée en décembre.

L'enquête de conjoncture de la Banque de France pour janvier fait apparaître une hausse d'un point de l'indicateur du climat des affaires dans l'industrie qui, à 101, affiche un plus haut depuis mai 2011.

Les indicateurs des services comme du bâtiment restent stables à 96.

Dans l'industrie, les chefs d'entreprise interrogés font état d'une accélération de la production et des livraisons en janvier, avec des commandes plus nombreuses, y compris en provenance de l'étranger.

Le taux d'utilisation des capacités de production est quasi stable (-0,1 point à 78,0%).

Les industriels tablent sur une progression un peu moins forte en février.

Dans les services, l'activité a augmenté "nettement", avec notamment une forte hausse dans le travail temporaire. Mais le secteur hébergement-restauration, qui souffre depuis les attentats de Paris et Saint-Denis en novembre, fléchit à nouveau.

Comme dans l'industrie, les chefs d'entreprise des services interrogés par la Banque de France anticipent un rythme de progression un peu moins rapide pour l'activité en février.

Le bâtiment a connu pour sa part une légère progression en janvier, avec une poursuite de la hausse dans le second oeuvre et un retour du gros oeuvre en territoire positif après de nombreux mois défavorables.

(Yann Le Guernigou)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppsoft il y a 10 mois

    Bon, si la BdF prévoit une croissance de 0,4%, c'est qu'elle sera vraisemblablement plus proche de -0,5% dans la réalité, avant que l'INSEE ou autres consorts viennent "consolider" les chiffres.