La BD sur tablette se dessine à Angoulême

le
0
La BD sur tablette se dessine à Angoulême
La BD sur tablette se dessine à Angoulême

Balayer un écran plutôt que de feuilleter des planches ? La bande dessinée numérique commence à émerger sur le marché francophone, grâce à un large catalogue et des prix bon marché, mais le bel album a encore de beaux jours devant lui.Dopée par la diffusion des tablettes, idéales pour zoomer les cases, la vente d??uvres numérisées, quasi-inexistante il y a quatre ans, a atteint 1,5 million d'euros l'an dernier avec 400.000 albums vendus. Un quart des acheteurs sont non-francophones. Mais le numérique pèse moins de 4% du marché de la BD en France, contre 15% en Grande-Bretagne et 25% aux États-Unis, "ce qui nous laisse une marge de progression", souligne Nicolas Lebedel, directeur des ventes d'Izneo, l'une des premières plateformes de BD en ligne francophone.Izneo est né d'une collaboration entre une douzaine de grands éditeurs français, pour résister aux Apple et autres géants américains, a expliqué à l'AFP Claude de Saint Vincent, président de Dargaud, qui dirige aussi Izneo. Lancée en 2010, Izneo propose maintenant plus de 10.000 albums dont ceux de Dargaud, Dupuis, Le Lombard, Casterman, Fluide Glacial, Bamboo ou Gallimard - mais pas Tintin. En face, il lui faut maintenant compter avec le leader mondial du marché, l'américain comiXology, racheté par Amazon au printemps 2014. Souvent surnommé "l'iTunes des comics" (autrement dit la BD américaine), il référence 75 éditeurs américains et 70.000 titres, et revendique depuis sa création en 2007 plus de 200 millions de téléchargements, surtout des comics américains. Mais le groupe a désormais de grandes ambitions sur le marché franco-belge. Depuis 2013, il a déjà signé avec une quinzaine de grands éditeurs français, comme Delcourt, les Humanoïdes Associés ou Glénat.Un éditeur comme Glénat signe sans hésiter avec tous les e-commerçants. "Je veux que mon offre soit disponible sur un maximum de plateformes", souligne son responsable ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant