La BCE soutient le Portugal et tacle Moody's

le
0
La Banque centrale européenne a relevé, jeudi, son taux directeur à 1,5 % pour lutter contre l'inflation.

Preuve d'une certaine lassitude à l'égard d'une crise de la dette qui n'en finit pas, Jean-Claude Trichet a mouché, jeudi, les agences de notation, accusées d'aggraver les maux de la zone euro. «Ces petites structures oligopolistiques ne sont pas souhaitables pour la finance mondiale», a déclaré le président de la Banque centrale européenne, jeudi, à l'issue de la réunion mensuelle du Conseil des gouverneurs.

Jean-Claude Trichet n'avait jamais été si loin dans la critique des agences de notation, plus habituelle dans la bouche des responsables politiques que des banquiers centraux. Le président de la BCE a surtout joint le geste à la parole, en annonçant, après la hausse de taux directeur à 1,5 %, la suspension «immédiate» des critères de notation permettant d'accepter la dette du Portugal en contrepartie de ses opérations de refinancement.

Cette décision souveraine autorise l'institution monétaire européenne à accepter tous les titres de dette portugaise,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant