La BCE souligne les risques de retournement des marchés

le
4
LA BCE MET EN GARDE CONTRE DE NOUVELLES BULLES FINANCIÈRES
LA BCE MET EN GARDE CONTRE DE NOUVELLES BULLES FINANCIÈRES

FRANCFORT (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) a estimé mercredi que la tendance actuelle des investisseurs à rechercher des rendements toujours plus élevés pourrait favoriser l'émergence de nouvelles bulles financières.

Dans la nouvelle édition de sa "Revue sur la stabilité financière", l'institution de Francfort met en garde contre l'éventualité d'une brusque inversion de tendance sur les marchés financiers.

"En même temps que la recherche de rendement, les préoccupations concernant la formation de déséquilibres et la possibilité d'une remise en cause brusque et désordonnée des flux d'investissement récents s'intensifient", explique la banque centrale.

Elle explique entre autre que les cours des obligations d'Etat, qui évoluent actuellement à des niveaux sans précédent dans la zone euro, pourraient devenir rapidement erratiques si les réformes économiques marquaient le pas et si la croissance restait faible.

La demande des investisseurs pour ces actifs pourraient se révéler "instable", ajoute-t-elle, avant de mettre en garde contre les conséquences possibles d'un ralentissement en Chine ou encore de la crise en Ukraine.

Établissant un parallèle entre la faiblesse des coûts d'emprunt des Etats et "des niveaux qu'on ne retrouve qu'avant l'éclatement de la deuxième phase de la crise financière mondiale en 2010", la BCE estime que "le défi à venir consiste (...) à assurer que les conditions de la crise ne réapparaissent pas".

En privé, de nombreux responsables de banques centrales n'hésitent pas depuis quelques semaines à exprimer leur inquiétude face au risque d'une inversion brutale de tendance sur les marchés, mais la Revue sur la stabilité financière de la BCE exprime ouvertement cette préoccupation.

Elle évoque également l'évolution des prix de l'immobilier commercial, un marché sur lequel, dans certains compartiments, les transactions ont atteint leur plus haut niveau depuis 2008, grâce entre autres à l'intérêt des investisseurs étrangers.

Les banques, les compagnies d'assurance et les fonds de pensions doit constituer "des coussins suffisants (...) pour amortir une normalisation des rendements".

Les problèmes évoqués par la BCE illustrent l'une des principales difficultés que doit assumer l'institution car, en maintenant des taux d'intérêt historiquement bas pour soutenir l'économie et le crédit, elle réduit aussi les coûts de financement des investisseurs et favorise donc la prise de risque.

(John O'Donnell, Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • OREGON3 le samedi 7 juin 2014 à 21:19

    qu'il se rassure le président de la BCE, c'est pas en FRANCE que nous risquons quelque chose au contraire, ont est tellement au fond du trou qu'ont ne pourra pas allez plus bas

  • glitzy le mercredi 28 mai 2014 à 17:43

    Le journaliste ne connait pas les notions de base. Les investisseurs ne recherchent pas des rendements toujours plus élevés, mais se contentent de rendements toujours plus faibles, ce qui fait monter le prix des actifs. Mais quel choix ont-ils ? Les taux directeurs sont proches de zéro et vont le rester, le reste suit. Il faut bien les placer qque part, les chers petits.

  • gstorti le mercredi 28 mai 2014 à 17:42

    Si les expert déconseille et crient à la bulle alors tout est permis... L o l

  • sergemo le mercredi 28 mai 2014 à 17:31

    Attention! Allégez-vous sur vos achats et réduirez le risque! Nous détectons un risque important de correction! Nous déconseillons les achats au-dessus des 4 500 points CAC40, 17 500 points Dow Jones,1 965 points SP500, Dax 10 150 points!Source AxaleFinance