La BCE sort le grand jeu

le
0

(AOF) - La Banque centrale européenne a sorti le grand jeu afin de relancer l’inflation et de soutenir la croissance. Si elle a, comme attendu, réduit de 10 points de base son taux de dépôt, qui passe à -0,4%, elle a en revanche pris par surprise les économistes en annonçant une baisse de son taux de refinancement de 5 points de base à 0%. Le taux de prêt marginal passe, lui, de 0,3% à 0,25%.

Elle s'attend à ce que ses principaux taux d'intérêt directeurs restent aux niveaux actuels, voire en-dessous, pour une période prolongée et même après la fin de ses achats d'actifs.

La BCE a d'ailleurs annoncé une augmentation de ses rachats d'actifs de 20 milliards d'euros, à 80 milliards à partir du mois d'avril alors que la majorité des économistes anticipait une hausse de 10 milliards d'euros. Elle a de plus élargi la gamme des titres éligibles à ces rachats de dettes pour y intégrer les obligations émises par des entreprises non-bancaires de la zone euro.

Mais les banques, dont les résultats sont sous pression en raison de la faiblesse des taux d'intérêt, n'ont pas été oubliées. L'institution présidée par Mario Draghi va lancer quatre nouvelles opérations de refinancement à long terme (TLTRO) d'une maturité de 4 ans à partir de juin.

A l'occasion de sa conférence de presse, il a précisé que ces opérations se feront au taux de refinancement, tombé à 0% aujourd'hui. Toutefois, les établissements qui y participeront pourront bénéficier de réductions, qui seront d'autant plus importantes que le montant des prêts consentis sera élevé. Le taux minimum sera celui du taux de dépôt au moment de l'opération, qui est actuellement de -0,4%. En outre, le montant que les banques pourront emprunter auprès de la BCE sera fonction du niveau de leurs prêts à l'économie. Ces mesures ont pour objectif de doper la croissance des prêts à l'économie, qui est pour l'instant trop faible.

Tout en reconnaissant que des taux d'inflation très bas, voire négatifs, sont inévitables au cours des prochains mois en raison des mouvements des prix du pétrole, la BCE juge crucial d'éviter les effets de second tour afin de garantir un retour de l'inflation à des niveaux inférieurs mais proches de 2% sans trop tarder.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant