La BCE se dit prête à agir vite si l'inflation reste basse

le
1
MARIO DRAGHI RÉPÈTE QUE LA BCE EST PRÊTE À AGIR VITE SI L'INFLATION RESTE BASSE
MARIO DRAGHI RÉPÈTE QUE LA BCE EST PRÊTE À AGIR VITE SI L'INFLATION RESTE BASSE

FRANCFORT (Reuters) - Le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi a ouvert vendredi la voie à des initiatives de politique monétaire plus radicales encore pour relancer l'économie de la zone euro, estimant que l'inflation "excessivement basse" devait être rapidement augmentée par tous les moyens nécessaires.

"Nous continuerons à faire face à nos responsabilités, nous ferons ce que nous devons faire pour augmenter l'inflation et les perspectives d'inflation aussi rapidement que possible, comme notre mandat sur la stabilité des prix le réclame", a déclaré Mario Draghi lors d'un congrès bancaire annuel à Francfort.

"Si, sur sa trajectoire actuelle, notre politique n'est pas assez efficace pour y parvenir, ou si de nouveaux risques pour les perspectives d'inflation se matérialisent, il nous faudra augmenter la pression et élargir davantage les canaux à travers lesquels nous intervenons en modifiant en conséquence la taille, le rythme et la composition de nos rachats", a-t-il ajouté.

Mario Draghi a qualifié de difficile la situation économique de la zone euro en soulignant le faible niveau de la croissance et en jugeant qu'il ne fallait pas attendre d'amélioration dans les prochains mois.

L'euro a accentué ses pertes après les propos du président de la BCE, perdant 1% face au yen, à 146,72 yens pour un dollar, et 0,6% face à la devise américaine, à 1,2450 dollar.

Les Bourses européennes, qui avaient ouvert sur une note timide, ont accru leurs gains.

"Ces déclarations très fortes montre qu'une nouvel assouplissement monétaire est à l'ordre du jour et pourrait intervenir rapidement? La question est de savoir quelle forme il prendra", a dit Nick Kounis, économiste chez ABN Amro.

La BCE peut débuter vendredi son programme d'achats de titres adossés à des actifs (ABS) et a commencé le mois dernier à acheter des obligations sécurisées.

Ces mesures viennent s'ajouter aux prêts massifs à quatre ans à taux très faible (TLTRO) accordés aux banques de la zone euro avec l'espoir de relancer le crédit.

Mario Draghi a évoqué à plusieurs reprises le recours si nécessaire à d'autres mesures non conventionnelles qui pourraient inclure le rachat de dette souveraine, autrement dit de l'assouplissement quantitatif à l'américaine.

(Eva Taylor et John O'Donell, Patrick Vignal pour le service français, édité par Marc Joanny)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • e.leliev le vendredi 21 nov 2014 à 11:38

    demain on rasera gratis, comme d'hab !