La BCE se déchire sur la marche à suivre

le
0
Le chef économiste de la Banque centrale européenne, Jürgen Stark, a démissionné vendredi. Comme d'autres officiels allemands, il est opposé au rachat de dette des États en difficulté. L'euro s'est effondré à 1,3650 dollar.

Le feu gagne la caserne de pompiers. La Banque centrale européenne (BCE), qui lutte depuis dix-huit mois pour éteindre l'incendie ravageant les pays endettés de la zone euro, se déchire maintenant au grand jour. Le chef économiste de l'institution, Jürgen Stark, a démissionné vendredi avec fracas de son poste… trois ans avant la fin de son mandat ! Officiellement pour des raisons personnelles, cette démission marque le spectaculaire désaccord de l'économiste avec la stratégie de la BCE, dont il est un membre influent du directoire. Après le départ retentissant d'Axel Weber en mai dernier, Jürgen Stark est le deuxième Allemand de poids à claquer la porte de la banque basée à Francfort. La réaction des marchés a été à la mesure du choc: l'euro a chuté, atteignant un plus bas depuis février à 1,3650 dollar et les obligations d'État italiennes se sont envolées à 5,37 %.

Cette dernière réaction n'est pas anodine: c'est probablement la décision de v

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant