La BCE reverra sa politique en décembre, les marchés apprécient

le
0
LA BCE VA RÉEXAMINER SA POLITIQUE EN DÉCEMBRE
LA BCE VA RÉEXAMINER SA POLITIQUE EN DÉCEMBRE

par Balazs Koranyi

LA VALETTE (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) a laissé jeudi ses taux directeurs et son programme d'achats d'actifs inchangés mais son président, Mario Draghi, a promis que l'institution débattrait en décembre de l'opportunité d'agir davantage pour soutenir les prix et l'activité.

La chute des prix des matières premières et le ralentissement des économies émergentes pèsent actuellement sur les perspectives économiques, a-t-il expliqué, ajoutant que la BCE appliquerait intégralement le plan d'assouplissement quantitatif (QE) lancé en mars, qui se traduit pour l'instant par 60 milliards d'euros d'achats d'actifs par mois sur les marchés et doit en principe s'achever en septembre 2016.

Mais il a précisé qu'il pourrait être prolongé au-delà de cette échéance pour soutenir la croissance et faire remonter l'inflation vers l'objectif de la banque centrale, à savoir un taux légèrement inférieur à 2% sur un an.

Mario Draghi en a aussi appelé directement aux gouvernements des pays de la zone euro pour favoriser la reprise, soulignant que "la politique monétaire ne doit pas être la seule solution possible".

"Les politiques budgétaires doivent soutenir la reprise économique tout en respectant les règles budgétaires de l'UE", a-t-il dit.

L'EURO REPASSE SOUS 1,12 DOLLAR

La décision du Conseil des gouverneurs de maintenir les taux d'intérêt à leurs plus bas historiques était largement anticipée par les investisseurs. Ceux-ci ont en revanche été surpris par les propos de Mario Draghi sur le fait que le Conseil avait débattu jeudi de l'opportunité d'une baisse du taux de la facilité de dépôt, déjà négatif à -0,2%.

Cette phrase a eu pour effet d'accentuer la baisse de l'euro et des rendements obligataires européens et la hausse des marchés actions.

La monnaie unique perdait plus de 1% vers 13h45 GMT à 1,1162 dollar, le rendement des obligations allemandes à 10 ans reculait de cinq points de base à 0,53% et l'indice boursier FTSEurofirst 300 gagnait 1,89%; à Paris, le CAC 40 progressait de 2,43%.

Si certains observateurs jugent que la BCE ne doit plus attendre avant d'augmenter ses achats d'actifs, la plupart estiment qu'il faut laisser du temps au QE, ses premiers effets commençant tout juste à se faire sentir.

Mario Draghi a repris cet argument à son compte, expliquant que si les risques d'un ralentissement de la croissance et d'une baisse des prix restaient dominants, une analyse plus approfondie s'imposait avant d'adopter toute nouvelle mesure.

"Dans ce contexte, le degré d'accommodation de la politique monétaire devra être ré-examiné lors de notre réunion de politique monétaire de décembre", a-t-il ajouté.

Il a expliqué que l'inflation resterait très basse au cours des prochains mois en raison de la chute des cours du pétrole, mais qu'elle pourrait remonter à partir de la fin de l'année.

(avec Francesco Canepa; Patrick Vignal et Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux