La BCE prône à nouveau une hausse de l'investissement public

le
7
LA BCE PLAIDE À NOUVEAU POUR UNE HAUSSE DE L'INVESTISSEMENT PUBLIC
LA BCE PLAIDE À NOUVEAU POUR UNE HAUSSE DE L'INVESTISSEMENT PUBLIC

FRANCFORT (Reuters) - La croissance de l'économie de la zone euro bénéficierait rapidement d'une hausse de l'investissement public par rapport aux faibles niveaux actuels, l'environnement de faible inflation et de politique monétaire accommodante créant des conditions favorables à une augmentation des dépenses, a redit lundi la Banque centrale européenne.

La BCE plaide de longue date pour que les gouvernements de la zone euro investissent plus et réduisent les impôts en complément de sa politique monétaire ultra-accommodante destinée à soutenir la croissance et l'inflation.

Depuis la crise des dettes souveraines au sein de la zone euro, l'investissement public est tombé à des plus bas records, bien en-dessous des niveaux des Etats-Unis ou du Japon, ce qui pèse sur la croissance potentielle.

Le plan d'investissement de l'Union européenne, dit plan Juncker, qui vise à mobiliser 315 milliards d'euros de fonds publics et privés sur la période 2015 à 2017 a reçu un accueil mitigé pour l'instant.

"Une augmentation des investissements publics a des effets positifs sur la demande et peut contribuer au potentiel de production en augmentant le stock de capital public", écrit la BCE dans son bulletin économique.

"Ce constat plaide pour un accroissement des investissements publics dans l'environnement actuel de faible inflation."

Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, a appuyé ce message lundi en déclarant que la BCE ne pouvait soutenir la croissance toute seule et que les gouvernements de la zone euro devaient réorienter les dépenses vers l'éducation et l'investissement.

"La BCE ne peut à elle seule créer les conditions d'une reprise durable de la croissance. Cela nécessite un effort concerté en termes de politiques économiques et budgétaires", a-t-il déclaré lors d'une conférence organisée par la Banque de France à Paris.

"Tous les pays peuvent rendre leurs structures d'imposition plus favorables à la croissance et réorienter les dépenses publiques vers l'investissement, la recherche et l'éducation", a-t-il ajouté.

Le bulletin de la BCE détaille l'impact à court et long terme sur la croissance de différents types de stimulation de l'investissement tout en soulignant que les dépenses d'investissement sont susceptibles d'accroître l'endettement public, ce qui nécessite une certaine prudence.

(Balazs Koranyi et John O'Donnell, Marc Joanny pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppsoft il y a 10 mois

    Sauf qu'on ne veut plus de croissance ni de taux positifs dont le seul intérêt est de ne permettre qu'aux établissements bancaires et financiers de se gaver en endettant et mettant à genoux les acteurs économiques et les ménages.

  • j.barbe6 il y a 10 mois

    Faites un budget européen avec des recettes assisses sur une hausse de 1% de la TVA dans les Etats membres et réversée au budget européen.

  • a.mabire il y a 10 mois

    Lisez bien messieurs: INVESTISSEMENT. Je suis d'accord tous nos impots sont déjà bouffés par la fonction publique et ne servent plus à rien car il n'y a plus d'investissment, justement.

  • M7966995 il y a 10 mois

    Dans les dépenses publiques, il y a l'investissement publique et les dépenses sociale. L'investissement c'est bon pour l'ecomie. Ce qu'il faut banir de la dépense publique c'est l'assistanat RSa CMU alloc.

  • jmlhomme il y a 10 mois

    Bien d'accord : totale contradiction avec le besion actuel. D'abord on restreint les dépenses ( ce qui veut dire on réduit l'intervention publiques ) puis on réduit les impots ( du fait de la baisse des charges ) , puis le privé investit pour faire baisser le chomage sur des activités nouvelles et pertinentes .... L'inflation ne reviendra qu'aprés cette étape de baisse radicale du chomage, Tout autre artifice est voué à l'échec.

  • fquiroga il y a 10 mois

    Et faire grimper la dette....ils sont (redevenus) fous

  • faites_c il y a 10 mois

    Je me marres!!! D'un coté il faudrait augmenter les investissements publics et de l'autre diminuer les impôts et l'endettement public (aussi appelé déficit)! Les têtes d’œuf qui sont à la BCE peuvent-ils nous dire concrètement comme on réalise ce miracle car cela doit valoir son pesant de cacahuètes! Il y en a qui ferait mieux de fermer leur gu eule et de discuter avec leurs copains de la Commission Européenne pour avoir une vision harmonisée!!!

Partenaires Taux