La BCE plaide pour un « policy mix » à l'échelle de la zone euro, souligne BFT Investment Managers

le
0

(AOF) - Depuis le lancement de l'assouplissement quantitatif de la BCE, l'évolution du crédit en zone euro est un des indicateurs les plus suivis par Mario Draghi et les gouverneurs. Or, rappelle Mabrouk Chetouane, responsable de la Recherche et de la Stratégie chez BFT Investment Managers, dans une récente note, "la progression de la masse monétaire M3 ne se traduit plus, depuis 2012, par une augmentation proportionnelle de la distribution de crédit." Cette donnée met en exergue les limites de la politique de la banque centrale et la nécessité pour les politiques de relayer son action.

"L'objectif de la BCE de relance de l'économie par le canal du crédit se heurte à un double déficit en zone euro : le manque de coordination des politiques budgétaires et l'insuffisance des réformes structurelles", note l'expert de BFT IM.

Avant de souligner que "Mario Draghi a encore rappelé l'urgence de la nécessité d'une meilleure coordination en Europe entre politique monétaire et politique budgétaire. Instaurer un "policy mix" à l'échelle de la zone euro devrait aboutir à une stimulation accrue de la demande de crédit, et nous en sommes loin aujourd'hui".

En attendant de recevoir un soutien affirmé des Etats, la BCE est bien obligée de continuer son offensive. "Afin de relancer le crédit, la réactivation du programme de TLTRO (opérations de refinancement à long terme ciblées) fait partie des mesures proposées par la BCE. Au-delà du nombre de programmes qui vont être lancés, l'idée d'instaurer une échéance à ce nouveau TLTRO donne une visibilité supplémentaire au secteur bancaire. Les établissements de crédit savent qu'ils vont pouvoir compter sur des conditions de financement très accommodantes (taux nuls voire négatifs) jusqu'en 2021", approuve Mabrouk Chetouane.

Le maintien d'un tel contexte porteur laisse augurer d'une année 2016 de croissance de l'activité. "Même si le début de l'année 2016 a été difficile, tant sur le plan des indicateurs économiques que du côté des marchés financiers, le retard de croissance de la zone euro, par rapport aux Etats-Unis, devrait se résorber et soutenir au moins pour cette année encore l'activité du vieux continent", prévoit le responsable de la Recherche et de la stratégie de BFT Investment Managers.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant