La BCE ne participera pas à la guerre des monnaies

le
0
Une guerre des monnaies se dessine. Mais la gardienne de l'euro se refuse à toute intervention sur les taux, a réaffirmé son président Jean-Claude Trichet.

Il ne faut pas jouer avec les taux de change. Tel est le message qu'a voulu faire passer la Banque centrale européenne ce jeudi lors de sa conférence de presse mensuelle. Appliquant ce principe à elle-même, elle se gardera de toute intervention pour faire baisser l'euro, a-t-elle indiqué en annonçant qu'elle ne modifiait pas ses taux directeurs. Au même moment, la monnaie unique dépassait la barre de 1,40 dollar.

«Plus que jamais, je crois que les taux de change devraient refléter les fondamentaux économiques», a déclaré le président de l'institution, Jean-Claude Trichet. «Une volatilité excessive et des mouvements désordonnés des taux de change ont des effets négatifs sur la stabilité économique et financière.» Les termes employés constituent «le plus doux des reproches possibles, ce qui ne va pas arrêter la hausse de l'euro», a réagi Ken Wattret, économiste en chef chez BNP Paribas.

L'appréciation de l'euro ne fait pourtant pas l'affaire des Européens

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant