La BCE ne modifie pas ses taux, malgré l'euro et l'inflation

le
1
LA BCE LAISSE SES TAUX INCHANGÉS
LA BCE LAISSE SES TAUX INCHANGÉS

FRANCFORT (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) a, sans surprise, laissé sa politique monétaire inchangée jeudi, l'institut d'émission préférant retenir les signes suggérant une reprise durable dans la zone euro plutôt que les appels la pressant d'agir face à la vigueur de l'euro et à la persistance d'une faible inflation.

Le taux de refinancement reste donc à 0,25%, le taux de prêt marginal à 0,75% et le taux de dépôt à 0,0%.

Le président de la BCE, Mario Draghi, devait détailler ces décisions lors de sa traditionnelle conférence de presse, à partir de 14h30.

Selon une enquête publiée vendredi par Reuters, les économistes pensent que la BCE devrait prolonger ce statu quo pendant encore un bon moment, en raison notamment de son sentiment que l'inflation ne peut guère tomber plus bas.

Les dernières statistiques en la matière semblent lui donner raison puisque le taux d'inflation est remonté à 0,7% en rythme annuel en avril contre +0,5% en mars, son plus bas niveau depuis fin 2009.

Ceci étant dit, à ce niveau, la hausse des prix à la consommation reste très éloignée de l'objectif de la BCE d'une inflation tout juste inférieure à 2%.

Dans ses prévisions de printemps publiées mardi, l'Organisation de coopération et de développement économiques a recommandé à la BCE d'agir pour contrer une menace déflationniste dans la zone euro en abaissant à zéro son principal taux directeur et en affichant un taux négatif pour les dépôts des banques.

La vigueur de l'euro est un sujet de préoccupations pour certains responsables politiques, à l'instar du Premier ministre français, Manuel Valls, qui a appelé samedi de ses voeux une autre politique monétaire en Europe, plus favorable à la croissance.

Ces propos du chef du gouvernement français ont suscité les critiques de Berlin, qui estime que le niveau de l'euro est une question qui relève du seul ressort de la BCE.

L'euro s'échangeait à plus de 1,3950 dollar jeudi juste après le communiqué de la BCE sur les taux. Depuis la fin de 2011, la monnaie unique s'est appréciée de plus de 7,5% face au billet vert, portée notamment par le retour à la croissance de la zone euro.

Il faudrait que l'euro atteigne 1,42 dollar pour pousser la Banque centrale européenne (BCE) à agir pour freiner la hausse de la devise européenne, estiment une large majorité des responsables de stratégie de changes interrogés ces derniers jours par Reuters, une hypothèse qu'ils jugent peu probable.

(Eva Taylor, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • marsupi8 le jeudi 8 mai 2014 à 14:44

    sa viendra ils seront obligé de remonté les taux et pas dans 10 ans

Partenaires Taux