La BCE n'exclut rien pour soutenir le crédit aux PME

le
0
LA BCE ENVISAGERAIT DE RACHETER DES CRÉANCES DOUTEUSES
LA BCE ENVISAGERAIT DE RACHETER DES CRÉANCES DOUTEUSES

BERLIN (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) n'exclut a priori aucune solution pour favoriser le crédit aux petites et moyennes entreprises (PME), même si d'autres institutions communautaires sont mieux placées pour le faire, a déclaré mercredi Jörg Asmussen, l'un des membres de son directoire.

La BCE craint que les banques européennes, peu enclines à prendre des risques, refusent de prêter aux PME dans les économies les plus fragiles de la zone euro, en particulier en Europe du Sud, ce qui nuirait aux investissements et à la croissance.

"Nous étudions avec un esprit ouvert tout ce que nous pouvons faire dans le cadre de notre mandat, et cela inclut les moyens de réactiver le marché européen des valeurs mobilières adossées à des actifs (ABS), notamment des prêts aux PME", a expliqué Jörg Asmussen à une commission du Parlement européen.

Le mécanisme des ABS permet aux banques de transférer au moins une partie du risque crédit à un ou plusieurs autres investisseurs.

Jörg Asmussen, généralement considéré comme l'un des membres les plus orthodoxes du Conseil des gouverneurs de la BCE, a dit que l'institution étudiait ce qu'elle pouvait faire pour favoriser l'octroi de liquidités, mais qu'elle en avait "déjà fait beaucoup".

RACHAT DE CRÉANCES DOUTEUSES

"La liquidité n'est pas en train de disparaître, ce qui empêcherait les banques de prêter", a-t-il expliqué. C'est soit un manque de capitaux, soit une aversion accrue au risque qui les empêche de prêter."

"En ce qui concerne ces deux éléments (...), ce serait peut-être plutôt à d'autres institutions de l'UE, la Commission européenne ou la Banque européenne d'investissement (BEI) d'agir", a-t-il ajouté. "Mais nous ferons ce que nous pourrons, dans le cadre de notre mandat."

Le quotidien allemand Die Welt a rapporté plus tôt dans la journée, en citant une source de la BCE, que le Conseil des gouverneurs était majoritairement favorable au rachat de créances douteuses de pays d'Europe du sud afin de soulager la pression qui pèse sur leurs banques.

D'après Die Welt, la BCE veut non seulement améliorer le mécanisme des ABS mais le Conseil des gouverneurs réfléchit également à la possibilité que l'institution de Francfort rachète elle même ces titres.

Les sources ont néanmoins précisé à Die Welt que la Bundesbank et certains membres du directoire étaient fermement opposés à de telles mesures.

Die Welt ajoute qu'un porte-parole de la BCE s'est refusé à tout commentaire, renvoyant aux déclarations de Mario Draghi, président de l'institution.

La semaine dernière, Mario Draghi avait dit que le conseil avait décidé d'engager des consultations avec d'autres institutions européennes en vue de prendre des initiatives permettant d'assurer le bon fonctionnement du marché des ABS, ajoutant qu'aucune décision n'avait été prise.

Martin Santa; Constance De Cambiaire et Julien Dury pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant