La BCE n'essaie jamais de manipuler le taux de change-Sapin

le
0
 (Actualisé avec autres déclarations, contexte) 
    BERLIN, 13 février (Reuters) - La Banque centrale européenne 
(BCE) n'essaie jamais de manipuler le taux de change de l'euro 
pour atteindre des objectifs en matière de commerce extérieur ou 
de compétitivité, déclare Michel Sapin dans un entretien publié 
lundi par le journal allemand Handelsblatt. 
    Le ministre français des Finances joint ainsi sa voix à 
celles d'autres responsables politiques européens rejetant les 
accusations de Peter Navarro, principal conseiller au commerce 
international du président américain Donald Trump, selon lequel 
l'Allemagne profite du taux de change pour favoriser ses 
exportations.   
    Selon Michel Sapin, ces attaques de Peter Navarro, déjà 
dénoncées par la chancelière allemande Angela Merkel, n'ont 
aucun fondement car l'euro évolue librement et la BCE prend ses 
décisions de politique monétaire de manière indépendante. 
    Le ministre français souligne aussi que la monnaie unique 
est la devise de l'ensemble de la zone euro et que c'est 
l'excédent de cet ensemble, pas celui de l'Allemagne, qui doit 
être pris en compte au niveau international. 
    Michel Sapin dit également avoir bon espoir de voir le 
président américain Donald Trump prendre rapidement conscience 
de l'importance des liens avec l'Union européenne pour le bien 
des Etats-Unis. 
    Il ajoute que l'Europe doit porter le niveau de ses 
investissements à celui qui prévalait avant la crise financière 
mondiale de 2007-2009. Il juge que l'Allemagne peut être plus 
"ambitieuse" en la matière, aussi bien pour son propre intérêt 
que pour celui de l'Europe. 
    Selon le ministre français des Finances, si les efforts ne 
vont que dans une seule direction, à savoir la réduction des 
déficits budgétaires, les ajustements nécessaires en Europe 
seront encore plus difficiles. 
    Comme la semaine dernière, Michel Sapin réaffirme que les 
investisseurs qui parient contre la France en raison de la 
possibilité d'une victoire de Marine Le Pen à l'élection 
présidentielle se trompent et vont perdre beaucoup d'argent. 
      
 
 (Andrea Shalal, Benoit Van Overstraeten pour le service 
français, édité par Bertrand Boucey) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant