La BCE maintient ses taux, impact du Brexit encore à évaluer

le
0
    * La BCE satisfaite de la réaction des marchés au Brexit 
    * L'impact du Brexit évalué en septembre 
    * Les créances douteuses des banques, autre risque pour 
l'économie 
 
    par Balazs Koranyi et Francesco Canepa 
    FRANCFORT, 21 juillet (Reuters) - La Banque centrale 
européenne a laissé jeudi ses taux inchangés à des niveaux 
historiquement bas et s'est félicitée que la réaction des 
marchés au vote des Britanniques en faveur d'une sortie de 
l'Union européenne, fin juin, ait été pour l'instant contenue. 
    Son président, Mario Draghi, a reconnu toutefois qu'il était 
trop tôt pour évaluer l'impact du "Brexit" et répété que la BCE 
était prête à aller plus loin si nécessaire pour soutenir la 
croissance et relancer l'inflation dans la zone euro. 
    "Les risques (pesant) sur l'économie de la zone euro restent 
orientés à la baisse", a-t-il dit au cours d'une conférence de 
presse. 
    Sans surprise, la BCE n'a pas modifié son principal taux 
directeur, le "refi", qui reste à zéro, ni ses taux de facilité 
de prêt marginal et de facilité de dépôt calés en territoire 
négatif, à respectivement -0,25% et -0,4%, depuis le 10 mars.  
    Elle a dit une fois de plus s'attendre à ce que ces taux 
restent à leurs niveaux actuels ou plus bas sur une "période  
prolongée", bien au-delà de l'horizon fixé  pour ses achats 
d'actifs, afin d'inciter les acteurs économiques à emprunter et 
les banques à leur prêter. 
    L'institution a réitéré aussi que son programme d'achats 
d'actifs d'un montant de 80 milliards d'euros par mois courrait 
jusqu'en mars 2017, voire au-delà si nécessaire, jusqu'à ce 
qu'elle observe un ajustement durable de l'évolution de 
l'inflation conforme à son objectif (près de 2% par an). 
    Ce programme, qui a pour but de faire baisser les coûts de 
financement de l'économie, risque d'être confronté à une pénurie 
d'actifs, à commencer par les obligations d'Etat allemandes dont 
les rendements sont tombés, pour de nombreuses échéances, sous 
le taux de facilité de dépôts de la BCE, un critère qui les rend 
inéligibles. 
     
    "RÉSILIENCE ENCOURAGEANTE" 
    Mario Draghi a seulement indiqué que le conseil des 
gouverneurs de la BCE n'avait pas discuté d'une modification des 
règles pour ces achats et que, en tout état de cause, il 
préférait attendre d'en savoir plus avec les nouvelles 
prévisions économiques de ses économistes attendues en 
septembre. 
   Le Fonds monétaire international   comme les 
économistes interrogés par Reuters   ont déjà revu en 
baisse de 0,2 et 0,3 point leurs anticipations pour la 
croissance de la zone euro en 2017, après le vote sur le Brexit. 
    Dans l'immédiat, Mario Draghi a estimé que les marchés 
financiers ont absorbé "l'accès d'incertitude et de volatilité" 
provoqué par le référendum britannique du 23 juin "avec une 
résilience encourageante". 
    Pour lui, "la volonté exprimée des banques centrales de 
fournir de la liquidité et notre politique monétaire 
accommodante ont contribué à contenir le stress des marchés". 
    Le président de la BCE a reconnu que le niveau élevé des 
créances douteuses (non performing loans, NPL) accumulées par 
des banques européennes, tout particulièrement italiennes, 
constituait un autre risque pour l'économie de la zone. 
  
    Ces créances "sont assurément un problème important pour la 
rentabilité future et pour la capacité des banques à prêter", 
a-t-il dit. 
    Alors que le gouvernement italien négocie avec Bruxelles un 
plan de soutien controversé à ses banques, Mario Draghi a 
déclaré que les réformes en cours dans le secteur bancaire 
pourraient inclure la création d'un marché spécifique pour les 
créances douteuses et "un soutien public lorsque, dans des 
circonstances exceptionnelles, le marché des NPL ne fonctionne 
pas correctement".  
 
 (Version française Yann Le Guernigou, édité par Véronique 
Tison) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux