La BCE juge les risques inflationnistes globalement équilibrés

le
0
La BCE juge les risques inflationnistes globalement équilibrés
La BCE juge les risques inflationnistes globalement équilibrés

FRANCFORT (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) a répété mercredi qu'à son avis, les risques inflationnistes étaient équilibrés dans la zone euro, comme elle l'avait indiqué la semaine dernière lors de sa décision de politique monétaire.

"Les risques sur les perspectives de l'inflation IPCH au cours des prochaines années sont encore estimés comme étant globalement équilibrés", indique la BCE dans son rapport mensuel.

"Les risques haussiers s'expliquent par les cours plus élevés que prévu des matières premières et par la hausse des impôts indirects, tandis que les risques baissiers sont liés à l'évolution plus faible qu'attendu de l'activité économique."

"Les indicateurs disponibles pour le premier trimestre restent cohérents avec l'hypothèse d'une stabilisation de l'économie à un niveau assez bas."

"Pour l'avenir, l'économie devrait esquisser une reprise progressive au cours de l'année. En même temps, comme nous l'avons dit précédemment, les perspectives économiques restent sujettes à des risques baissiers."

Lors d'une conférence de presse donnée la semaine dernière en Espagne après la publication de la décision de politique monétaire de la BCE, son président Mario Draghi a répété que l'économie de la zone euro devrait se redresser dans le courant de l'année mais ajouté que "les perspectives économiques restent soumises à des risques orientés à la baisse".

Cette atonie de la croissance devrait contenir l'inflation, même s'il est probable qu'elle restera cette année, au sein de la zone euro, supérieure à l'objectif de moyen terme de la BCE de 2% en rythme annuel.

"Il semble que la reprise mondiale suive son cours (...) Nous continuons de penser que l'économie de la zone euro se redressera progressivement dans le courant de l'année", a-t-il dit, après que la BCE a observé le statu quo, laissant son taux de refinancement à un plus bas record de 1%.

Nicolas Delame pour le service français, édité par Marc Joanny

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant