La BCE fera le nécessaire pour faire remonter l'inflation-Draghi

le
2

(Actualisé avec nouvelles citations, contexte) MILAN, 31 octobre (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) est prête à faire le nécessaire pour atteindre son objectif d'inflation à moyen terme, assure son président, Mario Draghi, dans un entretien publié samedi par le quotidien italien Il Sole 24 Ore. Les prix à la consommation dans la zone euro ont baissé de 0,1% sur un an en septembre, une évolution très éloignée de l'objectif affiché de la BCE, à savoir une inflation légèrement inférieure à 2%, ce qui suscite des appels à une augmentation ou une prolongation de sa politique actuelle d'achats d'actifs sur les marchés financiers, censée stimuler la remontée des prix. "Si nous sommes convaincus que notre objectif pour l'inflation à moyen terme risque de ne pas être atteint, nous prendrons les mesures nécessaires", a dit Mario Draghi à Il Sole. "Nous allons voir si d'autres mesures de stimulation sont nécessaires. La question n'est pas tranchée", a-t-il ajouté. L'inflation dans la zone euro devrait, selon lui, rester proche de zéro, voire négative, au moins jusqu'au début de l'année prochaine. "A compter de la mi-2016 et pendant toute l'année 2017, grâce à l'effet à retardement de la baisse des taux de change, nous nous attendons à ce que l'inflation augmente progressivement", a-t-il expliqué. Interrogé sur les mesures auxquelles la BCE pourrait avoir recours, le président de l'institution a répondu que celle-ci disposait déjà d'une large gamme d'instruments de politique monétaire. "Toutefois, il est trop tôt pour dire dans tous les cas 'voilà le menu' et 'il n'y a rien à ajouter'", a-t-il poursuivi. Prié de dire si une baisse du taux de la facilité de dépôt de la BCE (celui qui s'applique aux liquidités déposées par les banques commerciales auprès de la banque centrale) pourrait être décidée parallèlement à une éventuelle modification des modalités du plan d'assouplissement quantitatif en cours, Mario Draghi a répondu qu'il était trop tôt pour en décider. LA BAISSE DU TAUX DE DÉPÔT DE NOUVEAU ÉVOQUÉE "Le taux d'intérêt sur les dépôts pourrait être l'un des instruments que nous utiliserions de nouveau", a-t-il dit. Depuis mars, la BCE achète pour 60 milliards d'euros d'actifs par mois, essentiellement des obligations souveraines, pour faire remonter l'inflation, encourager le crédit et, de manière générale, pour stimuler l'économie. Ce programme s'applique en principe jusqu'en septembre 2016. Mais à l'issue de la dernière réunion de politique monétaire, le 22 octobre, Mario Draghi a annoncé que la BCE envisageait de nouvelles mesures de soutien, laissant entendre que des décisions pourraient être annoncées dès la prochaine réunion du Conseil des gouverneurs, le 3 décembre. Il a précisé que le débat portait entre autres sur la possibilité d'une nouvelle réduction du taux de la facilité de dépôt, actuellement fixé à -0,20%. Dans l'entretien à Il Sole, le président de la BCE a déclaré que les risques dominants allaient actuellement dans le sens d'une baisse à la fois de l'inflation et de la croissance, en raison de la dégradation de la conjoncture dans certaines économies émergentes et de la possibilité d'un ralentissement de la croissance aux Etats-Unis. "Les prévisions de croissance mondiale ont été révisées à la baisse. Ce ralentissement n'est sans doute pas temporaire", a-t-il souligné. Il s'est toutefois déclaré optimiste sur l'avenir de la zone euro, jugeant que "les risques de fragmentation et de redénomination ont considérablement diminué, sinon disparu". Interrogé sur la dette publiques grecque, Mario Draghi l'a jugée soutenable à condition qu'Athènes respecte ses engagements, ajoutant que, pour faire en sorte que la dette soit soutenable, un certain degré d'allégement pourrait être requis. "Le deuxième point devrait viser à lever tout doute sur la soutenabilité future de la dette elle-même, une fois que le premier point aura été atteint", a-t-il dit. (Stephen Jewkes, Jean-Philippe Lefief et Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • balloche le lundi 2 nov 2015 à 17:53

    Le problème c que une fois l'inflation revenue on ne maîtrise pas la manière de la juguler!!

  • quoa le samedi 31 oct 2015 à 13:05

    c'est tres bien avec les retraites bloquées

Partenaires Taux