La BCE est un excellent détecteur de catastrophes

le
0

Chaque fois que la Banque centrale européenne annonce à l'avance qu'elle augmentera ses taux directeurs le mois suivant survient une catastrophe planétaire qui l'oblige à reporter sa décision. Cette règle non écrite va-t-elle se confirmer à nouveau ? Le 3 mars dernier Jean-Claude Trichet avait surpris son monde en prévenant sans aucune ambiguïté que la BCE relèverait ses taux à sa réunion mensuelle du début avril. Cette façon de procéder est rarissime car les grands argentiers de Francfort n'aiment pas se laisser enfermer dans un schéma fixé a priori.

Il n'y a que deux précédents dans l'histoire de l'institution comme le reconnaît lui-même un banquier central européen. Le premier remonte au 2 août 2007 et le second au 4 septembre 2008. Dans ces deux cas le patron de la politique monétaire européenne avait tenu un discours tellement alarmiste sur l'inflation que les marchés avaient été convaincus qu'un relèvement imminent des taux était inévitable. Or c

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant