La BCE est à l'origine de problèmes exceptionnels, dit Schäuble

le
1
WOLFGANG SCHÄUBLE MET EN GARDE CONTRE LA POLITIQUE DE TAUX ULTRA-BAS DE LA BCE
WOLFGANG SCHÄUBLE MET EN GARDE CONTRE LA POLITIQUE DE TAUX ULTRA-BAS DE LA BCE

par Gernot Heller et Paul Carrel

BERLIN (Reuters) - La politique de taux ultra-bas menée par la Banque centrale européenne crée des "problèmes exceptionnels" aux banques et aux retraités allemands et risque de faire le jeu des eurosceptiques, estime Wolfgang Schäuble, le ministre des Finances allemand.

Pour autant, a-t-il observé dans un entretien à Reuters, on ne peut pas rejeter la faute entièrement sur la BCE car on ne peut pas compter sur les seules banques centrales pour relancer la croissance économique, les pays européens devant également assumer leurs responsabilités en mettant en oeuvre des réformes de fond.

"On ne peut contester que la politique de taux d'intérêt bas est source de problèmes exceptionnels pour les banques et l'ensemble du secteur financier en Allemagne", a dit le ministre. "Et cela est vrai aussi pour les plans de retraite".

"C'est pourquoi j'insiste toujours sur le fait que cela ne pousse pas forcément les citoyens à avoir foi dans l'intégration européenne".

Cependant, a-t-il ajouté, "les politiques (économiques) en Europe doivent créer les conditions, par le biais de réformes structurelles, permettant de mieux résoudre les problèmes".

Plusieurs responsables politiques allemands ont critiqué ces derniers jours la politique monétaire de la BCE, l'accusant non seulement de nuire aux retraités mais aussi de favoriser la création de bulles financières ou encore de doper l'extrême droite.

Selon le Wall Street Journal, Wolfgang Schäuble a ainsi attribué en partie à la BCE le succès d'Alternative pour l'Allemagne (AfD) lors des récents scrutins régionaux.

SCHÄUBLE DIT CROIRE À UN ACCORD SUR LA GRÈCE

Le président de la BCE Mario Draghi a provoqué une vague d'indignation en Allemagne le mois passé lorsqu'il a jugé "très intéressant" le concept dit de "monnaie hélicoptère", la distribution directe d'argent aux particuliers, encore que cette hypothèse n'ait pas été examinée par l'institut d'émission.

Wolfgang Schäuble, qui affirme rester en contact étroit avec Draghi, a dit qu'il serait très étonné que la BCE envisage sérieusement de recourir à un tel procédé. "Je n'ai pas l'impression qu'il soit l'objet de discussions sérieuses au sein de la BCE", observe-t-il.

Le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, a de son côté pris la défense de la BCE dans un entretien au Financial Times, jugeant que la politique monétaire actuelle était "appropriée" et réaffirmant l'indépendance de l'institution.

Concernant la Grèce, Wolfgang Schäuble a dit ne voir aucune nécessité de restructurer la dette.

"Les accords de l'été dernier sont clairs: si le premier examen du programme est positif et qu'il faille faire encore quelque chose concernant la gestion durable de la dette, alors nous en discuterons", dit-il. "Pour l'heure, ne je vois rien dans l'analyse de gestion durable de la dette qui justifie une restructuration".

Les discussions entre Athènes et ses créanciers internationaux sur les réformes entreprises en Grèce ont été ajournées et elles reprendront immédiatement après les Réunions de printemps du Fonds monétaire international (FMI), prévues du 15 au 17 avril.

Les créanciers y reviendront la semaine prochaine dans la capitale grecque afin de trouver un accord avec le gouvernement Tsipras d'ici le 22 avril, date à laquelle une réunion des ministres des Finances de la zone euro (Eurogroupe) est prévue, a dit le ministre des Finances grec Euclide Tsakalotos.

Schäuble juge possible un tel accord d'ici la date prévue. "Je suis pratiquement certain que nous aurons un accord amiable. Nous n'aurons pas à faire face à nouveau à une crise de la Grèce cette année".

(Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 8 mois

    Schäuble croit que l'OTAN protège l'Europe! Tout ce qui peut affaiblir l'Europe est bon pour les USA.