La BCE disposée à accorder 60 milliards d'¤ de prêts d'urgence aux banques grecques

le
29
La BCE disposée à accorder 60 milliards d'€ de prêts d'urgence aux banques grecques
La BCE disposée à accorder 60 milliards d'€ de prêts d'urgence aux banques grecques

La Banque centrale européenne sait jouer sur plusieurs leviers. Mercredi soir, afin de mettre la pression sur le gouvernement grec dirigé par Alexis Tsipras, l'institution basée à Francfort avait décidé de priver les banques hellènes d'un canal de financement. La BCE avait en effet fait sauter un régime de faveur qui leur permettait de se refinancer avec des garanties inférieures à celles exigées d'habitude. Ce jeudi, d'après une source proche des banques centrales interrogée par l'AFP, elle se dit prête à accorder jusqu'à 60 milliards d'euros aux banques grecques.

Le conseil des gouverneurs de la BCE a donc maintenu la procédure qui permet aux établissements hellènes d'obtenir des liquidités d'urgence auprès de la Banque centrale grecque. Cette procédure, connue sous le nom d'ELA (Emergency Liquidity Assistance), constitue un des derniers ballons d'oxygène des banques grecques, qui elles-mêmes permettent à l'Etat grec de se financer en achetant les obligations qu'il émet.

Platon Monokroussos, économiste chez Eurobank, souligne toutefois que cette bouée est «plus coûteuse pour les banques grecques, à un taux de 1,55%, que le financement courant auprès de la BCE», dont le taux directeur n'est plus que de 0,05%.

En clair : la BCE ne souhaite pas désactiver tous les leviers dont elle dispose. Elle veut s'assurer que le système bancaire grec ne sera pas pour autant à sec dans les semaines à venir. Elle «ne veut certainement pas prendre la responsabilité de pousser la Grèce hors de l'euro» en asséchant toutes les sources de financement, a expliqué Dario Perkins, économiste chez Lombard Street Research.

D'autant plus qu'Alexis Tsipras et son ministre des finances Yanis Varoufakis poursuivent leur tour d'Europe en assurant ne pas vouloir sortir de la zone euro et en tentant de trouver une solution face aux plus de 300 milliards d'euros de dette publique de leur pays. La tournée européenne de Varoufakis, qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M609159 le jeudi 5 fév 2015 à 21:12

    M2614138 vous avez raison n en déplaise à BEL06 creation de monnaie demande contre partie. Sans contre partie, c est la bulle financiere qui s installe et on voit où elle nous a mené à plusieuts reprises.

  • M2614138 le jeudi 5 fév 2015 à 20:38

    La planche à billet sans inflation ! Pas très normal !bon pour l instant c est l euro qui morfle. Il n y a pas de mystère on ne peut pas créer de la monnaie sans contre partie Bref tout ça n est qu une fuite en avant jusqu au jour où ??? On a déjà connu ca dans l histoire ! Le vrai probleme il n y a plus un seul politique courageux pour faire ce qu il faut c est un jeu de poker menteur et tout ce qui les interesse c est leur propre confort quitte à sacrifier plusieurs générations

  • pierry5 le jeudi 5 fév 2015 à 20:20

    M657... dit .. je clôture mes comptes , rembourse mes dettes.......etc c'est une erreur de rembourser les dettes car si elles sont à plus ou moins long terme, dans quelques années ces dettes vaudrons quedal. Pour ce qui concerne les comptes, je ne suis pas contre car dans peu de temps, on va écrémer comme à Chypre.

  • axiome01 le jeudi 5 fév 2015 à 20:01

    le client à l'occurrence est chaque citoyens européens en partie et le peuple du pays qui recevra l'aide pour le reste.

  • axiome01 le jeudi 5 fév 2015 à 19:59

    (inscription d'un montant au crédit d'un client par un établissement financier en contrepartie de l'engagement d'un emprunteur).

  • axiome01 le jeudi 5 fév 2015 à 19:59

    La création monétaire, souvent appelée familièrement "la planche à billets", est le processus par lequel la masse monétaire d'un pays ou d'une région (comme la zone euro) est augmentée.Au plan matériel, cela s'est d'abord traduit par la récolte de biens ayant une valeur reconnue (métaux précieux etc) ou leur fabrication (frappe de pièces, impression de billets), ou de plus en plus de nos jours par un jeu d'écriture dans un livre comptable (inscription ..

  • axiome01 le jeudi 5 fév 2015 à 19:56

    la planche à billets permet la fabrication de monnaie sans la contrepartie de l'or physique. la monnaie dès qu'elle circule ce transforme en créance envers la BCE donc nous.

  • axiome01 le jeudi 5 fév 2015 à 19:55

    création monétaire en effet mais qui est assuré par la BCE en partie donc mutualisée entre chaque membres participants et une autre partie sera dans le bilan des banques centrales de chaque pays si défaut. créer de la monnaie ok, mais elle sera dans un bilan.

  • pierry5 le jeudi 5 fév 2015 à 19:52

    Mais bien évidemment, j'avais dit que Merkel allait payer. Elle ne pouvait faire autrement. Donc 320 mlds + 60 mlds les grecs vont être endettés à 200 % S'ils remboursent ce qui n'est pas sûr du tout, les enfants, petits enfants et arrières petites enfants paieront.

  • ramseslj le jeudi 5 fév 2015 à 19:51

    @bel06 d'accord avec vos remarques sur ces commentaires de niveau minable. J'ajouterai aussi à leur attention que ce n'est pas un pret à la Gréce mais aux banques grecques, ce qui est très différent. De toutes façons, il faut aider la Grèce ou oublier la zone euro. Cela n'a pas de sens de refuser d'aider un membre et de continuer à se réunir.