La BCE demande aux membres du directoire de tenir leur langue

le
1
    FRANCFORT 3 décembre (Reuters) - Les membres du directoire 
de la Banque centrale européenne ne devront pas s'exprimer 
devant les médias et les intervenants de marché dans les sept 
jours précédant une réunion de politique monétaire, a fait 
savoir jeudi l'institution. 
    La décision fait suite à un examen par la BCE de sa 
politique de communication après la révélation de rencontres 
entre des responsables de la banque centrale et des intervenants 
de marché juste avant des réunions du Conseil des gouverneurs, 
où se prennent les décisions monétaires. 
    Une polémique avait été provoquée en outre par une 
intervention de l'un des membres du directoire devant un petit 
groupe de fonds d'investissement. 
    Benoît Coeuré avait annoncé le 18 mai dernier, lors d'un 
dîner à Londres auquel assistaient des dirigeants de "hedge 
funds", des universitaires et des banquiers, que la banque 
centrale allait accélérer ses achats d'obligations d'Etat au 
cours des prochaines semaines, donnant à son auditoire quelques 
heures d'avance sur le reste des investisseurs. 
    "Il est nécessaire d'éviter toute spéculation publique et 
toute perception erronée concernant des réunions des membres du 
directoire avec les médias et les intervenants de marché", écrit 
le président de la BCE, Mario Draghi, dans une lettre adressée 
aux membres du Parlement européen. 
    "Nous avons décidé en conséquence (...) que les membres du 
directoire devront s'abstenir de rencontrer les médias, les 
acteurs de marché ou d'autres intervenants extérieurs et de leur 
parler de sujets monétaires pendant la période d'abstention, 
c'est-à-dire la période de sept jours précédant les réunions de 
politique monétaire", précise-t-il. 
      
 
 (Francesco Canepa; Patrick Vignal pour le service français, 
édité par Véronique Tison) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M78543 il y a 12 mois

    et mario lui previent avant : goldman sachs , son ancienne boutique