La BCE défend ses achats de titres avant une décision de justice

le , mis à jour à 16:39
1

LONDRES, 15 juin (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) a défendu lundi sa décision de racheter des titres souverains, à la veille du jugement de la Cour de justice de l'Union européenne (UE) sur l'un de ses programmes, les opérations monétaires sur titres (OMT). Les OMT ont été lancées en 2012 mais la BCE n'y a jamais eu recours. Elles consistent à racheter de la dette souveraine sur le marché secondaire à condition que le pays concerné en fasse la demande et soit lié par un programme d'assistance financière de l'Union européenne. La Cour de justice de l'UE devrait valider ce programme, ce qui donnera à la BCE toute latitude pour poursuivre la mise en oeuvre d'un autre dispositif lancé en mars, l'assouplissement quantitatif, c'est-à-dire des rachats de titres, en grande partie souverains, pour 60 milliards d'euros par mois dans le but de relancer l'inflation et l'activité dans la zone euro. Dans un document publié lundi, la BCE écrit que les rachats de dette souveraine et d'autres catégories d'actifs lui permettent d'améliorer les conditions économiques en jouant sur les anticipations d'inflation et les allocations de ressources des investisseurs. Les OMT notamment, créées en pleine crise des dettes souveraines, visaient à faire en sorte que la politique monétaire de la BCE ne soit pas contrecarrée par des risques "injustifiés" d'abandon de la monnaie unique par un pays de la zone euro. "Dans le cas des OMT, la BCE s'est engagée à intervenir sur le marché des dettes souveraines pour faire face aux distorsions nées de l'existence de risques injustifiés de redénomination afin de renforcer le mécanisme de diffusion", écrit la BCE. L'institut de Francfort ajoute que son programme d'assouplissement quantitatif commence à porter ses fruits. " (...) un certain nombre d'indicateurs initiaux sur la confiance et les conditions de financement renvoient des signaux positifs", dit la BCE. "Les évolutions favorables sur les marchés financiers commencent à se diffuser au sein de l'économie réelle." (Francesco Canepa; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlcbnb le lundi 15 juin 2015 à 17:58

    la bce avait prévu ce programme spécial pour la grèce en cas d'accord, mais accord, il n'y en aura pas.le temps des non négociations et l'incertitude ne sont pas appréciés par le marche

Partenaires Taux