La BCE au chevet des États et des banques

le
0
Le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) se réunit jeudi à Francfort. Il dispose de moyens théoriquement illimités. Jean-Claude Trichet a déjà promis qu'il saurait en faire bon usage. Suspense.

Le sauvetage de l'Irlande a rappelé, s'il en était besoin, que la crise financière qui secoue l'Euroland appelle deux réponses: un soutien aux banques et un renflouement des finances publiques. Les vingt-deux gouverneurs de la Banque centrale européenne vont devoir apporter leur contribution sur chacun des deux volets. « Le marché espère tout d'abord une poursuite des apports de liquidités à des conditions relativement exceptionnelles pour aider les établissements bancaires les plus fragiles. La BCE devrait aussi indiquer qu'elle continuera d'acheter des titres de dette des États les plus fragiles», résume Jean-Paul Betbèze, le directeur des études du Crédit agricole.

Fin tacticien, Jean-Claude Trichet a laissé entendre dès mardi, devant les parlementaires européens, que des achats de titres publics étaient «en cours» et qu'ils se poursuivraient. Il est prématuré d'en parler «à ce stade», a-t-il dit sous forme de prétérition, tout en annonçant de prochai

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant