La BCE abaissera les taux à un nouveau plus bas

le
0
La BCE abaissera les taux à un nouveau plus bas
La BCE abaissera les taux à un nouveau plus bas

par Andy Bruce

LONDRES (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) abaissera ses taux directeurs à un nouveau plus bas record la semaine prochaine et pourrait être amenée à prendre rapidement de nouvelles mesures d'urgence pour calmer les marchés, selon une enquête Reuters publiée mercredi.

Il ressort également de cette enquête - menée avant un sommet européen jugé décisif jeudi et vendredi - que les économistes anticipent un accord sur les grandes lignes d'une union bancaire de la zone euro, voire d'une union budgétaire, même en des termes très vagues.

Ils sont toutefois rares à tabler sur des mesures de soutien immédiates permettant de sortir la zone euro de la crise ce qui, selon la plupart des économistes interrogés, poussera la BCE à abaisser ses taux la semaine prochaine, avec un taux de refinancement qui devrait être ramené de 1,0% à 0,75%.

Il y a encore deux semaines, la plupart des économistes pensaient que la BCE maintiendrait ses taux inchangés dans un avenir prévisible, mais les derniers indicateurs macroéconomiques ont attesté d'une croissance en berne et entraîné un retournement du consensus.

Quarante-huit des 71 analystes interrogés s'attendent désormais à ce que la BCE abaisse ses taux jeudi prochain, la plupart d'entre eux tablant sur un taux refi à 0,75%, un niveau auquel il devrait rester au moins jusqu'en 2014.

"Une réduction modeste serait justifiée, même sans la dégradation en cours du climat sur les marchés", a déclaré Christian Schulz, économiste chez Berenberg Bank.

"Surtout si les résultats du sommet déclenchent un mouvement de panique sur les marchés, tout en étant considérés par la BCE comme allant dans le bon sens, alors la banque centrale pourrait abaisser ses taux de plus de 25 points de base."

Vingt et un des 55 économistes interrogés pensent par ailleurs que les dirigeants européens trouveront un accord sur les grandes lignes d'une union bancaire et budgétaire, alors que 17 d'entre eux ne prévoient quelque chose qu'en vue d'une union bancaire.

Etant donnés les désaccords entre les Etats membres, 10 économistes estiment que le sommet ne débouchera sur rien.

Il y a par ailleurs un fort consensus des économistes en faveur de nouvelles mesures non conventionnelles de la BCE dans un proche avenir.

La BCE a injecté plus de 1.000 milliards d'euros sous forme de refinancements à trois ans depuis décembre pour calmer les marchés. Les économistes évoquent un nouveau programme LTRO, des rachats d'obligations d'Etat ou un assouplissement des règles de collatéral.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant