La bataille du budget 2015 entre Paris et Bruxelles n'aura pas lieu

le
1
La bataille du budget 2015 entre Paris et Bruxelles n'aura pas lieu
La bataille du budget 2015 entre Paris et Bruxelles n'aura pas lieu

Le dossier n'est pas clos mais la crise est désamorcée entre Bruxelles et Paris. Mardi en fin de journée, la Commission européenne n'avait «pas décelé de dérapage sérieux qui nous conduirait à émettre une opinion négative à ce stade» aux projets de budget 2015 des 18 pays de la zone euro. La France mais aussi l'Italie qui étaient, toutes deux sur la sellette, évitent ainsi l'épreuve humiliante de revoir fissa leur copie.

Après avoir juré de leur inflexibilité, les gouvernements français et italien ont fini par plier en annonçant lundi in extremis une réduction supplémentaire de leur déficit. Ainsi le ministre des Finances Michel Sapin avait annoncé que des «précisions» et des «mesures nouvelles» avaient été ajoutées au projet de budget 2015, arguant de «bonnes nouvelles». Elles ont en tout cas «ont donné satisfaction», a indiqué une source européenne.

Le ministre avait  envoyé lundi une lettre au vice-président de la Commission européenne Jyrki Katainen. Il y affirme que la France maintiendra les «deux piliers» de sa politique économique: le pacte de responsabilité et de solidarité, qui prévoit notamment des baisses de cotisations et d'impôts pour les entreprises, et l'effort d'économies de 21 milliards d'euros sur l'année 2015. La «démarche» de la France est«en ligne avec nos règles communes et les flexibilités qu'elles contiennent», écrit-il. «Elle est aussi adaptée à la situation macroéconomique de la zone euro», a ajouté le ministre.

Le courrier adressé par Michel Sapin à la Commission européenne

Valls : «C'est nous qui décidons du budget»

Jusqu'à lundi, le gouvernement avait tapé du poing sur la table, en cherchant à imposer à la Commission, encore dirigée pour quelques jours par le Portugais José Manuel Barroso, un projet de budget pour 2015 qui repousse à 2017 le retour du déficit public sous la limite européenne de 3% du produit intérieur brut (PIB). ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mercredi 29 oct 2014 à 09:29

    Dommage, on aurait pu se marrer.