La bataille des centres se joue aussi au Sénat

le
0
L'avenir du groupe Union centriste au sein de la Haute Assemblée semble incertain après les sénatoriales.

Le groupe Union centriste sortant - qui comprenait les sénateurs du Nouveau Centre (NC) d'Hervé Morin, du Mouvement démocrate (MoDem) de François Bayrou et de l'Alliance centriste de Jean Arthuis - a-t-il vécu ?

Moins de vingt-quatre heures après le scrutin de dimanche, le président des Radicaux valoisiens, Jean-Louis Borloo, a le premier posé la question. «Je suis convaincu que l'on va faire un groupe commun de l'Alliance républicaine écologiste et sociale (Ares) au Sénat. L'alliance des radicaux et des Nouveau Centre peut permettre de faire un groupe d'environ vingt sénateurs entre lesquels il n'y aura pas de coup fourré», confiait-il lundi au Figaro.

Écuries présidentielles

Entendre : un groupe qui serait donc composé des radicaux de droite, du Nouveau Centre et de la Gauche moderne de Jean-Marie Bockel, jusqu'alors répartis entre les groupes Union centriste, UMP et RDSE, qui comprenait également des radicaux de gauche (PRG). Mais quid des sénateurs MoDe

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant