La bataille de Rakka a débuté, annoncent les rebelles syriens des FDS

le , mis à jour à 17:44
2
 (Précisions, change dateline) 
    par Rodi Said 
    AIN ISSA, Syrie, 6 novembre (Reuters) - Les Forces 
démocratiques syriennes (FDS) ont annoncé dimanche le lancement 
d'une offensive sur Rakka, fief des djihadistes de 
l'organisation Etat islamique (EI) dans le nord-est de la Syrie. 
    Cet assaut, qui a débuté samedi soir selon l'alliance 
rebelle arabo-kurde soutenue par les Etats-Unis, s'ajoute à 
l'offensive lancée contre l'EI il y a près de trois semaines par 
les forces irakiennes et kurdes irakiennes pour reprendre 
Mossoul dans le nord de l'Irak.   
    "Le commandement général des Forces démocratiques syriennes 
(FDS) annonce le lancement de sa grande campagne militaire pour 
libérer la ville de Rakka", a déclaré Jehan Sheikh Amad, une 
porte-parole des FDS, lors d'une conférence de presse organisée 
à Ain Rissa, une soixantaine de km au nord de Rakka. 
    L'offensive, qui répond au nom de code de "Colère de 
l'Euphrate", a été déclenchée en coordination avec la coalition 
anti-EI mise en place par les Etats-Unis, a précisé le 
commandement des FDS dans un communiqué. 
    Elle vise à "isoler puis renverser la capitale du terrorisme 
international", ajoute le communiqué qui ne donne pas de 
calendrier.  
    Les FDS conseillent également aux civils vivant à Rakka 
d'éviter les zones où sont présents des combattants djihadistes 
et de gagner le "territoire libéré". 
     
    LA TURQUIE COMPLIQUE LA DONNE 
    Le déclenchement d'une offensive sur Rakka était évoqué 
depuis plusieurs semaines par de hauts responsables militaires 
occidentaux. Le secrétaire américain à la Défense, Ashton 
Carter, a ainsi déclaré dès le 25 octobre dernier que cette 
bataille serait menée en parallèle à l'offensive de Mossoul, 
lancée le 17 octobre en Irak. 
    Mais les préparatifs de l'offensive ont été compliqués par 
les inquiétudes de la Turquie au sujet de l'implication des 
forces kurdes et Ankara a fait de Rakka l'un de ses objectifs de 
son opération "Bouclier de l'Euphrate" lancée à la fin août 
contre l'EI et les "unités kurdes de protection du peuple" 
(YPG).  
    Les FDS ont toutefois prévenu jeudi qu'ils rejetteraient 
toute implication de la Turquie dans l'offensive sur Rakka.  
    Les YPG ont quant à elles plusieurs fois répété qu'elles 
n'interviendraient pas dans la ville, à majorité arabe, pour 
chasser l'EI, une tâche confiée à la composante arabe des FDS.  
    La France pousse depuis plusieurs semaines en faveur d'une 
offensive simultanée sur les deux fronts.  
    "On passe d'abord par Mossoul mais la bataille de Rakka doit 
avoir lieu", a déclaré dimanche sur Europe 1 le ministre de la 
Défense Jean-Yves Le Drian. 
    "Ça sera automatiquement des forces locales qui viendront 
libérer Rakka, même si les forces françaises, les forces 
américaines, la coalition, contribuent par des frappes à ce que 
l'on puisse démanteler le dispositif de Daech." 
     
    VOIR AUSSI 
    ANALYSE Rakka, une reconquête complexe à plusieurs inconnues 
      
 
 (Avec Suleiman Al-Khalidi à Amman, Tom Perry à Beyrouth, 
Emmanuel Jarry à Paris; Henri-Pierre André et Jean-Stéphane 
Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 il y a 4 semaines

    Moscou dénonce le "carnage médiéval" organisé par la coalition US à Mossoul. Mais les Français n'en sauront rien : l'AFP n'a rien vu !

  • g.joly1 il y a 4 semaines

    Les YPG ce sont les communistes kurdes syriens dont le parti frère est le PKK. Il sont la force principale à combattre sur le terrain les islamistes de l'EI. Pourquoi ne pas le dire ?