La bataille de Notre-Dame-des-Landes relancée

le , mis à jour à 08:04
2
La bataille de Notre-Dame-des-Landes relancée
La bataille de Notre-Dame-des-Landes relancée

« Devant le blocage sur le terrain, il vaut mieux arrêter les frais. L'évacuation se ferait alors pacifiquement. » En tenant hier ces propos dans « le Journal du dimanche », Ségolène Royal s'est érigée en juge de paix dans l'épineux dossier de l'aéroport Notre-Dame-des-Landes (NDDL). Sauf que, en suggérant d'enterrer le projet, la ministre de l'Ecologie a rallumé la colère des proaéroport. Ces derniers se sentaient pousser des ailes depuis que Manuel Valls avait annoncé mardi l'évacuation des zadistes du bocage nantais « cet automne ». Mais c'était compter sans la sortie de la ministre défavorable de longue date à une expulsion par la force des antiaéroport.

 

« Le référendum de juin dernier, souhaité par François Hollande lui-même, a recueilli plus de 55 % de oui et maintenant Ségolène Royal nous dit de mettre tout ça à la poubelle, s'étrangle Alain Mustière, président de l'association Des ailes pour l'Ouest, favorable au projet. C'est la démocratie qu'elle piétine. »

 

Colère d'un côté, approbation de l'autre

 

« On se demande s'il y a encore un pilote dans l'avion et il faut impérativement que le président de la République prenne position pour arrêter ce bazar, tonne Christophe Clergeau, président du groupe PS à la région Pays de la Loire. C'est totalement inédit de voir une ministre ne pas respecter les arbitrages du gouvernement ni l'expression du suffrage universel. »

 

Du côté des anti-NDDL, on salue au contraire la position de la ministre de l'Ecologie. « Ségolène Royal a raison de réaffirmer que ce projet est dépassé et lucide quant au fait qu'il ne pourra pas y avoir d'évacuation dans la douceur, estime Françoise Verchère, vice-présidente du Collectif des élus doutant de la pertinence de l'aéroport (Cédpa). Il y aura une forte résistance et ce serait de la folie de se lancer là-dedans. » « Imaginons seulement qu'il y ait mort d'homme, parmi les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • vmcfb il y a un mois

    Arrêter ce projet idiot, pas pour les risques que l'évacuation pose. Mme Royal confond d'ailleurs force et violence..

  • M8252219 il y a un mois

    Si il y a mort d'homme c'est qu'il n'aurait pas du être là , la démocratie doit être plus forte que des minorités anarchistes ou réactionnaires . C'est ce que la république nous a appris et prétend appliquer.