La bataille de Matignon bat son plein

le
1
Rien ne filtre dans l'entourage de François Hollande sur le nom qui sera choisi parmi les premiers ministrables.

Lui seul sait. Et ni l'impatience ni la fébrilité des candidats ne modifieront son calendrier. C'est mardi que François Hollande a prévu d'annoncer le nom de son premier ministre, c'est mardi qu'il l'annoncera. Et, a priori, personne d'autre que le président élu ne sait quoi que ce soit.

«J'ai une bonne info pour vous: c'est la s½ur du cheval du beau-frère de l'anesthésiste de Valérie Trierweiler qui me l'a dit» rigole François Lamy, le bras droit de Martine Aubry. L'humour pour patienter, mais pas seulement.

Car en attendant l'annonce, la bataille d'intox et de coups bas tourne à plein régime entre les prétendants, leurs proches et leurs partisans. Première victime: Jean-Marc Ayrault. Favori pour Matignon, le maire de Nantes et patron des députés socialistes a vu ressurgir dans le débat une condamnation pour «favoritisme» dont il avait fait l'objet en 1997 dans une affaire de marchés publics, et pour laquelle il est réhabilité depuis 2007. De quoi tout de m

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Ross007 le lundi 14 mai 2012 à 09:33

    Il existe donc bien un humour de gauche, ou plutôt des François. Tant pis, on n'a que ce qu'on mérite.