La bataille de l'emploi n'est pas encore gagnée, dit Hollande

le
5
FRANÇOIS HOLLANDE DIT QUE LA BATAILLE DE L'EMPLOI N'EST PAS ENCORE GAGNÉE
FRANÇOIS HOLLANDE DIT QUE LA BATAILLE DE L'EMPLOI N'EST PAS ENCORE GAGNÉE

VILNIUS (Reuters) - La bataille de l'emploi n'est pas encore gagnée, a déclaré vendredi François Hollande au lendemain de l'annonce de la première réelle baisse du chômage en octobre en France depuis 30 mois.

"C'est une bonne nouvelle, mais nous n'avons pas encore gagné la bataille, la bataille elle continue", a souligné le chef de l'Etat à la presse en marge du sommet de Vilnius entre l'Union européenne et six ex-républiques soviétiques.

Selon les données publiées jeudi par le ministère du Travail, le nombre de demandeurs de catégorie A, sans le moindre emploi, a ainsi diminué de 0,6% en octobre, soit de 20.500, pour s'établir à 3.275.200, son niveau le plus bas niveau depuis le mois de mai.

En tenant compte des personnes ayant exercé une activité réduite (catégorie B et C), leur nombre progresse toutefois de 0,8% (+39.600) et établit un nouveau record à 4.883.000. Avec les départements d'Outre-mer, le total atteint 5.182.500.

Revenant sur son engagement d'inverser la courbe du chômage d'ici la fin de l'année, François Hollande a estimé que cette inversion était "acquise pour le mois d'octobre" mais qu'elle "devait être confirmée pour les autres mois".

"Je ne vais pas simplement me satisfaire d'un chiffre", a-t-il déclaré. "Ma responsabilité c'est de faire en sorte que nous soyons dans une perspective de baisse durable du chômage."

"Alors oui, c'est une bonne nouvelle mais il en faudra d'autres pour que nous soyons sûrs de la victoire", a-t-il dit.

Dès la publication des chiffres du mois d'octobre, l'opposition et les syndicats ont dénoncé une précarisation accrue du marché du travail accentuée selon eux par un recours massif aux contrats aidés.

Invité sur France 2, le co-président du Parti de Gauche Jean-Luc Mélenchon a dénoncé vendredi une "nouvelle bidouille" du gouvernement après le bug de l'opérateur SFR qui avait affecté les chiffres du chômage en août.

"Pour moi, c'est une bidouille de plus (...) cette fois-ci le chômage baisse en catégorie A et augmente dans les catégories B et C", a-t-il dit. "Qu'est ce que vous voulez que (le gouvernement) fasse d'autre? Rien ne marche, tout est de travers", a-t-il ajouté.

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a de son côté fait part de son scepticisme.

"Est-ce vrai ?", a-t-elle dit sur RTL. "Le joueur de poker n'est-il pas en train de bluffer en réalité ? On ne parle que de la catégorie A (...) moi, ce que je vois, c'est que la catégorie A+B+C, c'est plus 39.600 chômeurs".

Adrian Croft, avec Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fgino le vendredi 29 nov 2013 à 11:06

    85000 emplois jeunes fin octobre !

  • fgino le vendredi 29 nov 2013 à 11:00

    on ne parle pas non plus des DOM ! la bas ça explose !!

  • fgino le vendredi 29 nov 2013 à 10:59

    La bataille de l'emploi n'est pas encore gagnée, dit Hollande !! tu l'as dit bouffi !!

  • M931269 le vendredi 29 nov 2013 à 10:59

    .....on évite d'en parler ...7ajt .....c'est un sujet qui fâche !.....26% de radiations en plus d'un mois sur l'autre mais voyons ...Mr Sapin "ne veut pas entrer dans ces considérations...."! on comprend aisément la manoeuvre

  • 7ajt le vendredi 29 nov 2013 à 10:36

    Et qu'en est il du pourcentage des résiliations très fort sur le mois ?