La bataille d'un père avec l'opérateur mobile de son fils décédé

le
5
L'opérateur mobile de l'adolescent mort en janvier refusait à sa famille de pouvoir mettre fin au contrat.

Après le décès de son fils Valentin, 16 ans, le 2 janvier dernier, Michel Sayer souhaite résilier son abonnement de téléphone. Il envoie donc en lettre recommandée le certificat de décès à l'opérateur, Virgin Mobile. Ce dernier refuse de procéder à la résiliation et va même plus loin. Le 18 mars, le père de famille reçoit un courrier le menaçant d'une procédure devant une juridiction civile s'il ne règle pas les 18,99 euros mensuels.

Prétextant que la ligne appartient au père, Valentin étant mineur, l'opérateur refuse catégoriquement de l'arrêter. «Je suis certes le titulaire de son contrat de téléphone portable, reconnaît Michel Sayer, avant d'ajouter, incrédule, qu'il est bien spécifié sur ce contrat que mon fils en était l'utilisateur». A ce moment là, tout ce que propose Virigin est d'aller au bout de l'engagement ou de racheter le contrat.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rusti13 le vendredi 17 mai 2013 à 12:06

    manx750 bonjour malheureusement si on supprime pas les dirigeant des société recommencerons avec d autres alors il faut leur couper la tète 1.7.8.9.

  • rusti13 le vendredi 17 mai 2013 à 12:03

    a mort les lobby

  • NYORKER le lundi 6 mai 2013 à 16:39

    Le père aurait du prendre directement contact avec Geoffroy de Bezieux , le PDG de Virgin Mobile et candidat pour le Medef ! Mais le temps de ce personnage est peut-être trop précieux pour répondre favorablement à un usager , euh non un CLIENT qui assure la paie des salariés de Virgin et de son PDG.

  • manx750 le lundi 6 mai 2013 à 16:27

    Il y a un moyen simple de se débarasser de ces sociétés inhumaines et vampiresques : le boycott simplement; c'est un pouvoir individuel tres efficace ;à chacun de prendre ses responsabilités de citoyen actif !

  • M3032020 le lundi 6 mai 2013 à 16:06

    La pornographie, ce n'est pas voir une paire de fesses à la télé mais de voir à quel point une société comme Virgin (ou une autre) peut aller dans l'abject.