La bataille d'Highbury

le
0
La bataille d'Highbury
La bataille d'Highbury

C'est un fameux épisode de l'histoire du foot, resté dans les mémoires transalpines et outre-Manche : le 14 novembre 1934 se disputait le titre officieux de meilleure sélection du monde entre l'Angleterre et l'Italie. Un match d'une violence folle qui fit plus de blessés qu'il n'y eut de buts marqués. Et pourtant, le score fut de 3 buts à 2 en faveur des locaux…

Le 14 novembre 1934, il y a très exactement 81 ans, était organisé un Angleterre-Italie qui n'avait d'amical que le nom. " Le match le plus violent auquel je n'ai jamais participé. " Ainsi en causait Stanley Matthews, un gars qui s'y connaissait pourtant en matière de mauvais coups sur le pré pour avoir disputé pas loin de 30 saisons au plus haut niveau en Angleterre, pas vraiment une terre de poètes en culotte courte. Matthews disputait alors sa deuxième sélection avec l'équipe nationale. Sa dernière interviendra 13 ans plus tard. L'Angleterre est à l'époque invincible chez elle : aucune nation du continent n'est encore parvenue à la battre à domicile. Mais cette fois, c'est un gros morceau qui se présente à elle : l'Italie, tout juste sacrée championne du monde quelques mois auparavant. Ce titre avait suscité la polémique. Les adversaires avaient crié au favoritisme et au laxisme des arbitres vis-à-vis de cette Squadra Azzurra qui jouait le tournoi à la maison, sous le regard menaçant de Benito Mussolini… En finale, l'Italie dispose de la Tchécoslovaquie et devient officiellement la meilleure sélection du moment. Mais ce titre est contesté par les pères du football, les Anglais, qui s'autoproclament alors forcément les meilleurs sans pourtant se mesurer aux autres nations en compétition, la Fédération anglaise de football s'étant alors exclue de la FIFA. Il fallait donc organiser ce match amical du 14 novembre 1934 pour défier les champions du monde. Et les mater, si possible.

Trois buts dans le premier quart d'heure


La rencontre est organisée à Highbury, l'antre d'Arsenal, alors meilleure équipe d'Angleterre, double championne en titre. Au coup d'envoi, sept des onze joueurs de l'équipe anglaise sont d'ailleurs des Gunners, ce qui est inédit. En face, on retrouve neuf champions du monde dans la formation du sélectionneur Vittorio Pozzo, il vecchio maestro. Pas loin de 60 000 personnes garnissent les tribunes et mieux valait ne pas être en retard, car les débats s'animent dès la première minute : sur sa première incursion, Ted Drake est bousculé dans la surface adverse et l'arbitre suédois Otto Olsson désigne le point de penalty. Eric Brook s'élance, cadre, mais la balle est repoussée par le gardien de l'Inter, Luigi Allemandi. Sur l'engagement qui suit, Ted…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant