La banque Reyl et Cie au cœur de l'affaire Cahuzac

le
1
Les enquêteurs s'intéressent de près au rôle joué par cet établissement genevois spécialisé dans la gestion de fortunes, qui a hébergé les fonds de Jérôme Cahuzac.

L'enquête sur l'affaire Cahuzac converge vers Genève. Saisis par la justice française dans le cadre d'une demande d'entraide judiciaire, les autorités suisses s'intéressent de près à la banque Reyl et Cie. Le 22 mars, les enquêteurs helvètes ont perquisitionné les bureaux de cet établissement financier, installés à quelques encablures des rives du lac Léman. Objectif: vérifier que Reyl et Cie, petite banque privée connue pour sa clientèle non résidente en Suisse, a hébergé depuis 2000 l'argent de l'ex-ministre du Budget, d'abord en Suisse, puis à Singapour.

Les juges Le Loire et Van Ruymbeke, chargés d'instruire l'affaire, ont été mis sur la piste de Reyl et Cie par un banquier suisse, entendu comme témoin, le 13 février à Annecy, par des enquêteurs de la police judiciaire venus de Paris. Fin...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le jeudi 4 avr 2013 à 08:25

    L’hyperchleuasme (consiste à se déprécier et avouer un forfait afin d'en cacher un plus grand). Donc d'avouer un ensemble de fautes commises par les politiques dans le cadre de la sociale-démocratie : oui nous cumulons les mandats, oui nous nous en mettons plein les poches, oui nous avons des cagnottes en argent liquide, oui nous sommes coupables... pour masquer le fait que la sociale-démocratie est, fondamentalement, philosophiquement et légalement un système basé sur la corruption.