La banque privée doit proposer plus de conseil et de technologie

le
0

(NEWSManagers.com) - La personnalisation du service et du conseil restent les premiers critères de sélection d'une banque privée, selon la troisième édition de l'Observatoire de la banque privée proposé par Swiss Life Banque privée et réalisé en partenariat avec Opinionway. Le service personnalisé et le conseil sont les principales motivations pour devenir client d'une banque privée (62%), devant la recherche d'une rentabilité élevée (58%). Le client souhaite aussi bénéficier du meilleur diagnostic patrimonial possible afin de sécuriser son épargne à long terme (52%). La tendance est de privilégier les supports financiers assortis d'une garantie en capital. Dans un environnement toujours difficile en ce début d'année, " la sélection d'une banque privée est motivée avant tout par la recherche de services de qualité et de conseils patrimoniaux et fiscaux performants. Le client a besoin d'être rassuré sur les choix d'investissement qui seront réalisés. Pour preuve, nos produits structurés ont ainsi connu un véritable succès en 2015 représentant 1,7 milliard d'euros d'encours" , a précisé Hugues Aubry, directeur général de Swiss Life Banque Privée, le 30 mars à Paris à l'occasion d'une présentation de l'Observatoire.

Dans l'ensemble, les sondés sont moins disposés à gérer eux-mêmes leur patrimoine et plus nombreux à rechercher des conseils adaptés. La gestion conseillée est de plus en plus sollicitée et 43% des clients y ont déjà recours. Dans l'environnement actuel, la recherche de rendement pousse à la diversification de l'épargne, 31% des clients s'orientant sur différents types de placements comme l'immobilier, les supports financiers plus risqués, les oeuvres d'art... Dans ce contexte, la relation entre les clients et les banques privées reste stable. Même si l'on observe une légère baisse de confiance, 23% des clients estiment avoir une relation privilégiée avec leur banquier. Surtout, le banquier reste la première source d'information sur l'actualité économique et financière.

Cela dit, même si le banquier reste l'interlocuteur privilégié, il doit utiliser de plus en plus les nouveaux outils technologiques susceptibles d'améliorer la relation avec le client. La quasi-totalité des clients de banques privées interrogés utilise de plus en plus les nouvelles technologies pour la gestion de leurs comptes de leurs données bancaires. Ils sont 62% à se dire prêts à utiliser un agrégateur de comptes et à formuler des attentes en matière de services numériques. " La technologie doit être au service du banquier et du client : agrégateurs, robo-advisers et autres innovations en général sont destinés à faciliter le travail de conseil" , a relevé Hugues Aubry. " Néanmoins, le robo-adviser ne remplacera pas le banquier privé" , a ajouté Hugues Aubry, précisant que le groupe Swiss Life travaillait sur le sujet et devrait présenter très prochainement une initiative dans ce domaine.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant