La Banque Postale va bien

le
0
Copyrights here
Copyrights here

(lerevenu.com) - En hausse limitée de 1% à 2,668 milliards, au premier semestre, le produit net bancaire de La Banque Postale ne reflète pas le dynamisme de la banque de détail qui se félicite de 620 000 adhésions de cartes bancaires (+5%). Les conventions de compte, elles, progressent presqu'autant, sans oublier des gains dans l'assurance prévoyance et dommage et l'assurance santé lancée à son tour au début de l'année. Les crédits sont en hausse de 6,5% et les dépôts deux fois supérieurs aux crédits sont solides, à 162,7 milliards d'euros (+2,2%), dont le Livret A, à 58,2 milliards (+5,1%). En revanche, Philippe Wahl, le président du directoire, n'a pas eu un mot pour la gestion d'actifs, en moins grande forme. Au total, la banque «pas comme les autres», le semestre écoulé se solde par un résultat d'exploitation en hausse de 41% à 352 millions et un bénéfice net (part du groupe) en hausse de 29% à 334 millions. Le coût du risque a diminué de plus de moitié à 82 millions d'euros, même s'il reste encore 30 millions d'euros de créances sur la Grèce.

Grâce à l'augmentation de capital, le ratio de fonds propres durs (12,6%) est bien supérieur aux exigences réglementaires et lui permet d'afficher de grandes ambitions dans le crédit: crédit consommation aux particuliers pour compenser l'atonie attendue du crédit immobilier (quoique que les encours soient encore en hausse de 8% au premier semestre), crédit aux collectivités locales depuis le 21 juin dernier et crédit aux personnes morales.
Depuis qu'elle a été autorisée, fin 2011, à prêter aux entreprises, La Banque Postale se flatte d'être recherchée par de nombreux grands groupes. Elle est aussi très présente à l'autre extrême, les PME, et les TPE Pro, moins auprès des entreprises moyennes. L'établissement vient de conclure un partenariat avec le Crédit-Mutuel CIC pour développer une nouvelle offre d'affacturage d'ici la fin de l'année. Du coté du crédit à la consommation, La Banque Postale teste une offre de crédit revolving «mieux-disante» par rapport à ses concurrents.

Sur le dossier Dexia, Philippe Wahl, a confirmé son soutien à la solution présentée avec l'État français à Bruxelles, tout en insistant sur le fait que La Banque Postale ne mettait en jeu son bilan que de façon transitoire. En revanche, l'établissement a ouvert 3,2 milliards de lignes de crédit à court terme aux collectivités locales sur ses fonds propres et prépare l'ouverture d'un milliard de crédit à moyen et long terme, d'ici à la fin de l'année.
Philippe Wahl n'entend pas non plus revenir sur son refus de reprendre le Crédit immobilier de France (CIF) que le prochain octroi de la garantie de l'État devrait sauver de la faille: «Quand une aide d'État est apportée à une entreprise, elle ne peut plus être active dans un marché concurrentiel, cela éloigne toute solution de reprise.» Par ailleurs, le président de La Banque Postale a d'autres fers au feu dans la banque patrimoniale. Des pourparlers sont ainsi en cours pour une reprise de la Banque Privée Européenne (BPE), une filiale du Crédit Mutuel Arkea.

Aline Fauvarque

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant