La Banque postale a accru en 2011 ses prêts aux autres banques

le
1
LA BANQUE POSTALE A ACCRU EN 2011 SES PRÊTS AUX AUTRES BANQUES
LA BANQUE POSTALE A ACCRU EN 2011 SES PRÊTS AUX AUTRES BANQUES

PARIS (Reuters) - La Banque postale, filiale bancaire de La Poste, a indiqué mardi qu'elle avait augmenté l'an dernier ses prêts aux autres banques françaises, confrontées à partir de l'été à des difficultés de refinancement au plus fort de la crise de la dette dans la zone euro.

Rejetant tout qualificatif d'"aide", Philippe Wahl, le président du directoire de la Banque postale, a expliqué qu'il était important pour la banque de "participer à la stabilité du paysage bancaire et financier français."

"Nous n'avons jamais fait preuve de défiance vis-à-vis des grandes banques françaises. Elles sont nos concurrentes dans la vie quotidienne et commerciale. Mais face à la crise de liquidités, nous avons été là pour elles", a déclaré Philippe Wahl lors d'une conférence de présentation des résultats 2011.

"Nous avons été présents quand il a fallu. Nous avons plutôt accru notre exposition sur les autres banques (françaises, NDLR) sans exigences particulières sur les collatéraux", a-t-il ajouté, sans toutefois donner de détails chiffrés.

Alors que les banques s'efforcent de renforcer leur base de dépôts bancaires pour répondre aux nouvelles exigences réglementaires de financement, la Banque postale, qui s'est lancée en 2011 dans le crédit aux entreprises, a souligné avoir été dans une situation d'excédents de liquidités.

Fin 2011, les dépôts de ses clients s'élevaient en effet à 90,6 milliards d'euros pour seulement 42,1 milliards d'euros de crédit octroyé.

Les graves difficultés de refinancement des banques européennes ont d'ailleurs conduit la Banque centrale européenne à intervenir en injectant, en décembre puis en février dernier, plus de 1.000 milliards d'euros de liquidités à trois ans dans le système bancaire.

La Banque postale, qui lancera mi-2012, avec la Caisse des dépôts (CDC), une co-entreprise de financement des collectivités, a aussi dit que ses activités de crédit seraient opérationnelles à compter du mois de juin.

Interrogé sur l'avenir des salariés de Dexia Crédit Local (DCL), filiale française de Dexia acculée au démantèlement, Philippe Wahl a expliqué que ces collaborateurs auraient la possibilité soit de rester dans DCL, soit de rejoindre le nouvel établissement de crédit qui reprendra DexMA, soit de rejoindre la co-entreprise entre la CDC et la Banque postale.

Matthieu Protard, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • e2209hds le mardi 13 mar 2012 à 15:16

    les caisses de qui ? les caisses de quoi ? surement pas les caisses de l'état !les politicars font toujours appellent au mêmes (la banque postale ou la CDC) pour renflouer les caisses des institutions qui sont au bord de la faillite ! cf dexia la foireuse qui a permis à son pdg de s'engraisser à mort.monopolisation des bénéfices et socialisation des pertes ! vive la france !