La Banque mondiale se dote d'un nouveau cadre environnemental et social pour ses investissements

le
0

La Banque mondiale a adopté d’un nouveau cadre environnemental et social destiné à élargir "les mesures de protections des populations et de l’environnement" dans ses projets d’investissements.

Elle annonce également qu’elle va "accroitre considérablement les financements en direction des mesures de protection" de l’environnement.

Ce nouveau cadre, présenté comme "une évolution inédite" vise à "obtenir un meilleur impact sur le développement ainsi que des résultats plus durables". Il introduit notamment :

- des mesures détaillées de protection sur les conditions de travail

- un principe global de non-discrimination

- des mesures de santé et de sécurité des communautés dans les domaines de la sécurité routière, des interventions d’urgence et de l’atténuation des effets des catastrophes,

- la responsabilité d’associer les parties prenantes à tous les stades d’un projet.

Pour les populations autochtones, il remplace également le principe de "consultation" par le principe "de consentement préalable, libre et éclairé" et requiert l’association des parties prenantes pendant toute la durée du projet.

Adopté par le conseil des administrateurs le 4 août 2016, après 4 ans de réflexion et une très large consultation de ses parties prenantes (environ 8 000 dans 63 pays), il entrera en vigueur début 2018.

Les politiques en vigueur continueront de s’appliquer aux projets approuvés avant le lancement du nouveau cadre.

Retrouvez cet article sur Novethic.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant