La Banque mondiale prévoit 400 millions de dollars d'économies

le
0

par Anna Yukhananov

WASHINGTON (Reuters) - La Banque mondiale prévoit de réaliser 400 millions de dollars d'économies dans son budget de fonctionnement dans le cadre d'une vaste réorganisation destinée à la rendre plus efficace et réactive, a déclaré lundi à Reuters le directeur financier de l'institution, Bertrand Badré.

Ce montant, qui équivaut à 295 millions d'euros, n'avait pas encore été rendu public et il sera soumis dans le courant de la semaine aux Etats membres de la Banque mondiale lors de ses assemblées annuelles. A cette occasion sera aussi présentée une nouvelle stratégie pour atteindre les objectifs de l'institution en matière de lutte contre la pauvreté.

Ces économies seront progressivement mises en place sur plus de trois ans et elles représentent une baisse de 8% du montant actuel des dépenses annuelles, de cinq milliard de dollars, a souligné Bertrand Badré.

Il n'a pas précisé où ces économies pourraient être réalisées mais il a jugé que les frais de déplacement ou encore les coûts immobiliers pourraient constituer un bon début.

"Personne n'aime réduire les coûts", a-t-il dit. "C'est humain. Mais la réalité, c'est que tout le monde a conscience que nous pourrions faire mieux."

Cet ancien directeur financier de la Société Générale estime ainsi que 100 millions de dollars réinvestis dans les opérations de la banque peuvent permettre de mobiliser un milliard de dollars supplémentaires pour le développement dans le monde.

Bertrand Badré souhaite aussi dégager des fonds en faveur des projets de développement en augmentant les revenus de la Banque mondiale à travers ses diverses activités.

Cette nouvelle stratégie mise en oeuvre sous l'impulsion du président de l'institution, Jim Yong Kim, suscite l'inquiétude d'une partie du personnel, qui craint des réductions d'effectifs.

Bertrand Badré souligne que l'objectif de cette politique est de permettre à la Banque mondiale, souvent critiquée pour la lourdeur de ses procédures administratives, de mieux servir les pays auprès desquels elle s'engage.

La Banque mondiale s'est fixé un double objectif d'élimination de l'extrême pauvreté d'ici 2030 et d'augmentation du revenu réel des 40% les plus pauvres dans les pays où elle intervient.

Bertrand Boucey pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant