La Banque mondiale mobilisée contre la flambée des prix alimentaires

le
0
Selon la première institution d'aide au développement, les prix ont bondi de 36 % en un an. Cette envolée a conduit 44 millions de personnes à retomber sous le seuil «d'extrême pauvreté».

Robert zoellick tire la sonnette d'alarme. «Si les prix alimentaires n'ont pas été la cause directe de la crise au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, ils ont été un facteur aggravant», a expliqué le président de la Banque mondiale aux ministres des Finances du G20. La Banque, première institution d'aide au développement, dont l'indice Global Food Price fait autorité, considère que les prix ont bondi de 36 % en un an. Cette envolée touche la plupart des denrées, à l'exception du riz, et a conduit 44 millions de personnes à retomber sous le seuil «d'extrême pauvreté».

La Banque mondiale partage l'objectif de la présidence française du G20: lutter contre la volatilité des prix. Comme Robert Zoellick l'explique au Figaro, l'une des premières mesures à prendre serait «un code de bonne conduite sur les embargos à l'exportation de produits alimentaires». C'est en effet une tentation permanente des producteurs, lorsqu'ils sont confrontés à un accident naturel

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant