La Banque mondiale investit dans le négoce du cacao

le
0

(Commodesk) IFC, la société d'investissement de la Banque mondiale, va prendre une participation dans la société de négoce Armajaro, un acteur majeur du marché du cacao.

Le fond IFC prendrait 6% d'Armajaro, et lui accorderait par ailleurs dans le cadre de la négociation un prêt de 55 millions de dollars, alors que le négociant est valorisé de 200 à 300 millions de dollars d'après le Financial Time.

La Banque mondiale a conçu une stratégie d'entrisme dans les grandes sociétés de négoce agricole, visant à influer sur leurs pratiques, dans un contexte général de hausse des prix des denrées alimentaires.

D'après IFC, pour atteindre les populations les plus pauvres, il faut passer par les intermédiaires, autrement dit, les sociétés de négoce en café, cacao et autres denrées.

Le fond a d'autres visées dans le secteur. Il a investi en 2002 chez un autre acteur important du marché du cacao, le singapourien à capitaux indiens Olam. Toutefois, IFC a abandonné les 3,4% qu'il possédait chez Olam fin 2006, en raison de divergences sur l'approche du marché du bois.

IFC a aussi prêté 55 millions de dollars au numéro 3 mondial du négoce de café, le suisse Ecom Agroindustrial, pour soutenir des projets axés sur le développement durable en Asie.

En revanche, Armajaro a réalisé en juillet 2010 des opérations contestées sur le marché du cacao, achetant 240.000 tonnes de fèves, soit 15% des stocks mondiaux pour faire flamber les cours, avant les élections en Côte d'Ivoire. Le groupe a soutenu l'arrivée au pouvoir d'Alassane Ouattara, d'autant plus que son directeur Afrique est le fils de Dominique Ouattara, la femme du président ivoirien.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant