La Banque mondiale abaisse ses prévisions de croissance mondiale

le , mis à jour à 07:22
1
LA BANQUE MONDIALE REVOIT À LA BAISSE SES PRÉVISIONS DE CROISSANCE MONDIALE
LA BANQUE MONDIALE REVOIT À LA BAISSE SES PRÉVISIONS DE CROISSANCE MONDIALE

WASHINGTON (Reuters) - La Banque mondiale a abaissé ses prévisions de croissance mondiale pour cette année en appelant les pays développés comme en développement à "attacher leurs ceintures" pendant la période d'ajustement à la baisse des prix des matières premières et à la remontée des taux d'intérêt aux Etats-Unis.

Dans ses nouvelles Perspectives économiques mondiales, l'institution basée à Washington dit s'attendre désormais à une croissance mondiale de 2,8% seulement cette année, contre 3% prévu en janvier.

Elle explique que la faiblesse des cours des matières premières, et notamment la chute de 40% des prix du pétrole depuis un an, a pénalisé plus qu'attendu les exportateurs de produits de base.

Parallèlement, son économiste en chef, Kaushik Basu, estime que la Réserve fédérale américaine devrait attendre 2016 pour entamer le relèvement de ses taux d'intérêt afin d'éviter d'accentuer la volatilité des taux de change et d'handicaper la croissance mondiale.

"A la Banque mondiale, nous avons activé le signal 'attachez vos ceintures', a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse mercredi. "Nous conseillons aux pays, notamment aux pays émergents, d'attacher leurs ceintures."

Il a toutefois ajouté que la baisse des cours des matières premières devrait, à terme, profiter à la croissance mondiale. La Banque maintient d'ailleurs ses prévisions de croissance 2016 et 2017.

Mais sa prévision 2015 pour les pays en développement a été abaissée à 4,4% contre 4,8% en janvier, notamment pour prendre en compte les récessions attendues au Brésil et en Russie.

Pour les Etats-Unis, la Banque mondiale prévoit désormais une croissance 2015 de 2,7%, soit un demi-point de moins qu'au début de l'année, et de 2,8% l'an prochain, contre 3%.

"Si nous conseillions la Fed, je recommanderais que (la hausse des taux d'intérêt) ait lieu l'an prochain et pas à la fin de cette année", en raison d'un contexte économique mitigé, a dit Kaushik Basu, en précisant qu'il s'agissait d'une opinion personnelle et non celle de l'ensemble de la Banque mondiale.

(Anna Yukhananov, Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • guerber3 le jeudi 11 juin 2015 à 08:04

    Le chômage augmente partout, la dette augmente partout, la bourse monte sur du vent partout...!