La banque Julius Bär va réduire ses coûts et des emplois

le
0
LA BANQUE JULIUS BÄR VA RÉDUIRE COÛTS ET EMPLOIS
LA BANQUE JULIUS BÄR VA RÉDUIRE COÛTS ET EMPLOIS

ZURICH (Reuters) - Julius Bär a annoncé lundi le lancement d'un programme de réduction de coûts d'environ 100 millions de francs suisses (95,85 millions d'euros) en réponse à la récente vigueur de la monnaie suisse, tout en faisant état d'un résultat annuel légèrement inférieur aux attentes.

Dans le cadre du plan d'économies, le spécialiste de la banque privée, qui emploie 5.250 personnes au niveau mondial, a dit vouloir supprimer environ 200 postes, principalement en Suisse.

"Les charges de personnel seront réduites par une combinaison au niveau du contrôle des embauches et une réaffectation des ressources, ainsi que le non-renouvellement d'environ 200 postes en fin de contrat et la baisse des effectifs dans le 'middle' et le 'back office'", écrit dans un communiqué la banque, qui espère achever l'essentiel de ce plan cette année.

Le mois dernier, la Banque nationale suisse (BNS) a décidé, contre toute attente, d'abandonner le cours plancher du franc suisse de 1,20 pour un euro, entraînant une appréciation de la devise helvétique.

Julius Bär a fait état d'un bénéfice net ajusté annuel en progression de 22% à 586 millions de francs. Le consensus des analystes interrogés par Reuters prévoyait 603 millions de francs. La collecte nette pour l'année est ressortie en hausse de 5%, contre un objectif de 4% à 6%. Les actifs sous gestion se sont élevés à 291 milliards de francs à la fin de 2014.

L'établissement de Zurich a relevé son dividende à un franc par action contre 0,60 franc auparavant et réitéré ses objectifs à moyen terme, dont un ratio coût-bénéfice de 65-70%.

"Malgré un bénéfice net en dessous des attentes (...) les actionnaires vont accueillir favorablement la hausse du dividende versée par Julius Bär et l'engagement de la direction de conserver un ratio coût/bénéfice d'environ 70%", écrit dans une note J. Safra Sarasin, analyste chez Rainer Skierka, dont la recommandation sur le titre est "acheter".

L'établissement zurichois a par ailleurs décidé de renouveler ses plates-formes informatiques au niveau mondial et a choisi pour commencer le groupe suisse Temenos, un spécialiste des applications bancaires. Selon le directeur général, Boris Collardi, ce renouvellement devrait prendre cinq ans et commencera par l'Asie, en raison de l'importance de ce marché et de la complexité de l'environnement réglementaire.

(Joshua Franklin, Claude Chendjou pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant